Alors qu’une « Métropole de Paris » devrait voir le jour dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, la conseillère régionale UMP d’Ile-de-France et adjointe au Maire de Pontoise, Stéphanie Von Euw s’inquiète des conséquences pour le Val d’Oise d’une nouvelle autorité. « Il ressort de la création de la Métropole de Paris, l’implosion de la Région Ile-de- France »

 Le Conseil d’Etat a reçu vendredi le texte instaurant la création d’une Métropole de Paris. Une révolution qui entrerait dans le cadre de l’acte III de la décentralisation. Ainsi, un « conseil métropolitain » réunirait le maire de Paris et des présidents intercommunalités nouvellement crées. Celles-ci regrouperaient au minimum 200 000 habitants en petite couronne et 300 000 en grande couronne. Le texte qui devrait être présenté en Conseil des ministres début avril sera débattu au Parlement quelques mois plus tard.

Stéphanie Von Euw, conseillère régionale UMP d’Ile-de-France y voit « un véritable putsch administratif ». Elle s’inquiète ainsi des conséquences pour le Val d’Oise d’une nouvelle autorité. « Il ressort de la création de la Métropole de Paris, l’implosion de la Région Ile-de- France », juge-t-elle.
 
« Elle marginalise la région Ile-de-France, saucissonne son territoire alors que les régions françaises, à l’échelle de l’Europe sont déjà considérées comme trop petites. Ensuite, c’est prendre le risque d’un développement à deux vitesses ou en tout cas d’accentuer la distorsion entre grande et petite couronne, déjà vécue par de nombreux Franciliens, notamment en grande banlieue comme un déclassement ».

« Mettre sous la tutelle d’une autorité administrative les collectivités locales »

Stéphanie Von Euw dénonce également le mode de fonctionnement proposé. « Faire partie de la Métropole de Paris veut dire pour ces territoires l’application d’un mode de fonctionnement administratif bien peu démocratique, le regroupement quasi-autoritaire des communes en mastodontes agglomérés d’au moins 200 000 habitants, la soumission des élus locaux à la double injonction, notamment en matière de logement, de la Métropole de Paris et des nouvelles agglomérations et au final l’éloignement de la prise des décisions ». Et d’ajouter : « La création de la Métropole de Paris, ce n’est ni plus ni moins que mettre sous la tutelle d’une autorité administrative les collectivités locales (communes, départements, région) élues au suffrage universel ».

Pour l’élue UMP, la création de la Métropole de Paris ne va pas dans le sens de la démocratie. « Alors que l’on nous parle à longueur d’émissions de la nécessité de rapprocher les élus, et les décisions publiques, du citoyen, ce projet de création d’une nouvelle autorité administrative est juste un contresens, qui ne servira ni l’esprit démocratique ni l’efficacité publique », conclut-elle.