Alors que le gouvernement a annoncé ses arbitrages concernant le Grand Paris et que la création d’une « Métropole de Paris » est prévue dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, Marie José Cayzac et Laurent Dumond, Conseillers régionaux d’Ile de France MUP, se félicitent. Ils jugent cependant qu’ « il sera nécessaire au moment du débat parlementaire de clarifier la composition, le poids, la place des collectivités déjà existantes dans une collectivité dont les représentants ne seraient pas directement élus »
 
Les arbitrages sur le Grand Paris rendus, le MUP régional se félicite des annonces gouvernementales concernant « la mobilisation importante de l’Etat pour améliorer l’offre de transports ». Marie José Cayzac, maire-adjointe MUP d’Argenteuil et Laurent Dumond, vice-président MUP de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise, saluent ainsi « de bonnes nouvelles pour des franciliens en attente d’améliorations de leurs conditions de déplacement ». 

Ils sont en revanche plus réservés sur la création d’une Métropole de Paris. Pour eux, celle-ci « nécessitera des débats, dialogues et des éclaircissements ». S’ils jugent qu’en Ile-de-France, « le besoin de clarifier et d’optimiser l’intervention publique et le besoin qu’il y a à réduire les inégalités territoriales restent des exigences auxquelles il faut répondre », ils craignent que la nouvelle métropole n’y réponde pas.

« C’est pourquoi, il sera nécessaire au moment du débat parlementaire de clarifier la composition, le poids, la place des collectivités déjà existantes dans une collectivité dont les représentants ne seraient pas directement élus », précisent-ils. Il en ira de même pour les moyens financiers dévolus alors que des efforts sont demandés aux collectivités. 

« L’intérêt métropolitain se conjuguera obligatoirement à l’intérêt francilien et nécessitera par conséquent un important dialogue pour que l’intérêt général l’emporte au moment de l’adoption d’un projet de loi important pour l’avenir des franciliens et un développement harmonieux de nos territoires », concluent les deux conseillers régionaux.