Alors que le chef de file du PS 95, Rachid Temal, estimait récemment que la majorité départementale UMP/UVO n’avait « pas de vision politique », Stéphanie Von Euw réagit. La porte parole de l’UMP 95 juge que les propos du premier secrétaire fédéral du PS 95 « relèvent au mieux de l’arrogance, au pire de l’incompétence ».
 
 Ce vendredi, le Conseil général du Val d’Oise vote son budget. Quelques jours avant une séance qui s’annonce tendue, Rachid Temal avait fustigé l’absence de « vision politique » de la majorité départementale [voir notre article]. Des propos condamnés par l’UMP Stéphanie Von Euw. L’élu ironise ainsi les affirmations du premier secrétaire fédéral socialiste : « Qu’il doit être difficile d’être le porte-parole départemental d’un gouvernement et d’un parti à l’agonie, dont le Premier ministre déclarait hier encore, comme pour s’en convaincre lui-même, qu’il savait où il allait ».
 
Et de critiquer la politique « d’un Gouvernement qui n’a pas de patron et d’un parti socialiste qui a tout simplement disparu ». « La caricature et les slogans n’ont jamais permis de masquer un naufrage, celui d’un gouvernement et d’une majorité de gauche qui n’ont pour seule vision politique que le matraquage fiscal et la diversion, au travers de réformes sociétales qui n’ont pour seul objectif que de faire oublier les reniements et l’absence totale de réformes de structure courageuses permettant au pays de se redresser », fustige-t-elle.
 
Stéphanie Von Euw prend ensuite la défense « des engagements courageux » de la majorité départementale. Selon elle, sous la présidence d’Arnaud Bazin (UVO), il « met tout en œuvre pour remettre le département sur les rails du développement et d’une croissance saine, libéré du poids d’une dette colossale accumulée par la gauche dont c’est une spécialité ». L’occasion de tacler le patron du PS 95, qui avait entre autre dénoncé la suppression des « subventions communales d’aide à l’investissement »« M. Temal ferait bien de réviser ses fiches avant de parler. Contrairement à ce qu’il prétend, l’enveloppe destinée aux investissements des communes non seulement n’est pas supprimée mais augmente de 7%, les dispositifs d’accompagnement vers l’emploi et en faveur des jeunes sont renforcés au travers du dispositif EVA ». Et d’ajouter : « Enfin, la mémoire de M. Temal doit être rafraîchie car c’est bien M. Jospin, Premier ministre socialiste qui a créé l’APA qui coûte la bagatelle de 2,6 milliards d’euros par an ».
 
De quoi remettre en cause les compétence du patron socialiste : « Une telle arrogance et une telle incompétence sont inquiétantes mais malheureusement peu surprenantes de la part d’un 1er secrétaire du PS 95, qui, il y a encore quelques années était le directeur de cabinet du maire PS de Pontoise qui a bien failli mettre la ville en faillite ».