Depuis les aveux de Jérôme Cahuzac, qui a reconnu avoir fait ouvrir un compte en Suisse, non déclaré en France, le député PS du Val d’Oise, Dominique Lefebvre, multiplie les interventions dans les médias. Ce jeudi sur les ondes de France Inter, le proche de l’ancien ministre a déclaré qu’il n’avait pas le droit « d’abandonner un ami qui est à terre ».

 Dominique Lefebvre est un intime de Jérôme Cahuzac. Le député, qui avouait en janvier dernier au Canard Enchaîné retrouver son ami « au Racing », est intervenu ce jeudi sur France Inter pour évoquer ses derniers échanges avec l’ancien ministre. Décrivant un homme « dévasté » et « détruit », l’élu valdoisien a cependant estimé qu’il fallait que Jérôme Cahuzac aille « au bout de ses aveux », en donnant l’origine et la destination des fonds.

L’ancien maire de Cergy a également abordé la question des liens de Jérôme Cahuzac avec Jean-Pierre Emié, ancien élu FN dans le Val d’Oise « rendu inéligible ». Il a expliqué qu’il s’agit du cousin de l’ex femme de Jérôme Cahuzac et que les deux hommes se connaissaient ainsi « avant même que Jean-Pierre Emié ne rejoigne le Front National ». Selon lui, il pourrait s’agir de la personne ayant mis en contact Jérôme Cahuzac et Philippe Péninque, avocat et proche de Marine Le Pen, qui aurait ouvert le compte de l’ancien ministre en Suisse.

S’il ne cautionne pas les actes de Jérôme Cahuzac, Dominique Lefebvre ne compte pas tourner le dos à son ami. « Je n’ai pas le droit d’abandonner un ami qui est à terre », a-t-il expliqué.