« Le 17 septembre 1981, Robert Badinter, garde des Sceaux de François Mitterrand – élu président de la République quelques semaines plus tôt – prononce un réquisitoire passionné en faveur de l’abolition de la peine de mort devant l’assemblée nationale…

Ce discours résonne à plusieurs titres dans mon esprit. Tout d’abord, pour l’avancée sociétale majeure qu’il représente. L’abolition de la peine de mort constitue en effet l’aboutissement d’un combat politique et moral entamé plusieurs siècles auparavant par les humanistes, les philosophes des Lumières ou de grands hommes comme Victor Hugo…
Ensuite, et alors que la peine de mort compte plus de 60 % de partisans en 1981, ce discours représente tout ce que j’admire dans l’action politique : l’engagement, l’intelligence et le courage. Il restera enfin comme étant un symbole marquant de l’arrivée de la Gauche au pouvoir après des années d’une gouvernance de Droite. En somme, une bouffée d’air qu’il est bon de pouvoir se remémorer… » Elvira Jaouen

Robert Badinter par Elvira Jaouen – vice-présidente de la CACP, Conseillère régionale d’Île-de-France

Le mercredi 17 avril à  21 h

Théâtre 95
Allée du Théâtre à Cergy

Le théâtre est ouvert du mardi au vendredi de 14 h 00 à 18 h 30
le samedi de 10 h 00 à 17 h 00.
Téléphone : 01 30 38 11 99