Alors que les députés ont voté l’accord national interprofessionnel (ANI), le Front de Gauche Val d’Oise dénonce « un coup de Jarnac ». Un sentiment encore amplifié alors que, parmi les 6 représentants PS et MUP valdoisens, 4 se sont prononcé en faveur du texte et deux se sont abstenus lors du vote.

 « Ils ont voté contre les salariés ». Ce mardi, l’Assemblée Nationale s’est prononcée en faveur de l’ANI, texte « de sécurisation de l’emploi ». Inadmissible pour le Front de Gauche du Val d’Oise pour qui « ce texte soutenu par le MEDEF va renforcer les possibilités de licenciement au moment où le chômage connait des taux records ». Un « coup de Jarnac porté aux droits des salariés » selon les militants.

S’ils ne manquent pas de saluer « le travail des députés du Front de gauche pour mettre à jour la nocivité de ce texte et ouvrir toutes les brèches possibles », ils pointent du doigt le soutien des députés valdoisiens de gauche. Alors que 19 élus de gauche ont voté contre le texte et 55 se sont abstenus, le Front de Gauche dénonce le fait que parmi les 6 représentants du département, si Jean-Pierre Blazy (PS) et Jean-Noël Carpentier (MUP) ont préféré s’abstenir, tous les autres élus ont voté le texte. « C’est aussi une rupture avec les milliers de salariés, de syndicalistes, qui ont défilé hier dans les rues de France », s’insurge le Front de  Gauche, qui promet de ne pas céder. « La bataille continue car ce projet n’aura pas de majorité de gauche au Sénat et ne pourra passer qu’avec la complicité de la droite ». Et de conclure : « Ce projet est trop dévastateur pour être gravé dans le marbre de la loi car, en cassant le code du travail, il précarise toujours plus l’avenir des travailleurs. »