Trois personnes ont été interpellés et une quatrième s’est rendue ce mardi dans l’affaire du bus attaqué à Goussainville le 21 février dernier. Une bande d’individus encagoulés et armés avait détroussé et violenté les passagers d’un bus de la compagnie des Courriers d’Ile-de-France, avant de tenter d’y mettre le feu.

Vague d’arrestations dans l’affaire de l’attaque du bus de la compagnie des Courriers d’Ile-de-France à Goussainville. Trois individus ont été interpellés puis placés en garde à vue ce mardi matin. Une quatrième personne, absente de son domicile lors de l’arrivée des forces de l’ordre pour son interpellation, s’est rendue d’elle-même dans l’après-midi. Elle a également été placée en garde à vue. Tous sont mineurs (entre 15 et 16 ans), et résident à Goussainville.

Une attaque violente et soudaine

Les faits reprochés remontent au 21 février dernier. Vers 19h40, plusieurs individus encagoulés et armés montent dans un bus de la compagnie des Courriers d’Ile-de-France. Sous la menace d’armes de poing, ils s’emparent du fond de caisse du chauffeur, et détroussent les passagers, arrachant notamment des sacs à main. Des coups auraient été portés. En quittant le bus, l’un des individus tente de mettre le feu au véhicule, duquel les passagers sont sortis. Il faudra l’intervention du chauffeur pour mettre fin au début d’incendie.

Suite à cette agression, le maire de la ville, Alain Louis, avait renforcé les patrouilles des forces de l’ordre, tandis que les chauffeurs de la compagnie avaient exercé leur droit de retrait.