Alors que la mairie souhaite, selon Claire Houbert, construire une trentaine de logements dans le hameau du Valhermeil, la présidente le groupe d’opposition Auvers Demain exprime son opposition. L’élue précise également qu’un collectif a vu le jour dans le quartier pour protester.

 Claire Houbert ne veut pas d’un hameau du Valhermeil défiguré. L’élue d’opposition au conseil municipal d’Auvers-sur-Oise précise qu’elle s’oppose depuis le début du mandat de la majorité, « à tout principe de construction (social ou non social) à l’emplacement du petit bois en friche situé sur la route de Pontoise à l’entrée du quartier du Valhermeil ». Et d’insister sur l’enjeu environnemental : « Nous souhaitons que cette zone boisée garde sa spécificité d’espace vert naturel. Il s’agit d’une zone d’écoulement des eaux de pluies comprenant un ru ». Autre protestation, un rond-point censé identifier l’entrée de ville. « L’identité du hameau du Valhermeil ne passe pas par un rond-point. Les habitants de ce quartier qui font de gros efforts afin de préserver l’intégrité du paysage bâtit méritent autre chose que ces aménagements qui anéantiront le caractère de village préservé », estime Claire Houbert. Selon elle, la mairie souhaiterai bâtir « entre 30 et 33 logements sur environ 7500 m2 de parcelles boisées de part et d’autre du CD4 ». L’élue précise qu’un collectif d’habitant se crée et une pétition est actuellement en circulation.