Alors que le Conseil général du Val d’Oise a voté l’augmentation des tarifs du dispositif Rest’O collège ainsi que la répercussion de la hausse du prix de la Carte Imagin’R, l’opposition monte au créneau. Le groupe Val d’Oise Utile et Solidaire (VOUS), présidé par Didier Arnal, estime ainsi que « l’UMP-UVO s’attaque au pouvoir d’achat des familles ».

 Lors de sa dernière séance, le Conseil général a voté la hausse de tarif de plusieurs dispositifs directement en lien avec la jeunesse. Premier d’entre eux, Rest’O collège. « L’UMP-UVO vote aujourd’hui l’augmentation des tarifs de Rest’O collège de + 6,5% à + 12% », s’insurge ainsi l’opposition, dont le chef de file, Didier Arnal, avait créé le dispositif aux côtés de l’ancienne majorité départementale de gauche. A l’époque, l’objectif était de faire « face à une fréquentation anormalement basse de la restauration scolaire ». Une décision qui représente ainsi « un véritable coup d’arrêt à cette dynamique » selon la gauche.

Une hausse cependant relativisée par la majorité pilotée Arnaud Bazin, qui déclare maintenir « une grille tarifaire adaptée à chaque famille ». Un effort réclamé par le département pour couvrir une hausse de la fréquentation des cantines scolaires ainsi que les nombreux investissements et la maintenances des cuisines. « La hausse sera comprise entre 14 et 35 euros par an et par enfant » précise l’UVO. Cependant, la droite s’engage à ce que les enfants issus des familles les plus démunies « puissent déjeuner à la cantine pour moins d’un euro par jour ». Elle explique également que le système de « tranches » en fonction des revenus reste maintenu.

Une hausse du tarif de la carte Imagin’R

Le groupe VOUS critique également la nouvelle hausse du prix de la carte Imagin’R, que ne supportera cette fois pas intégralement le Conseil général. « Après l’augmentation des tarifs de Rest’O Collège, loin des préoccupations quotidiennes des familles Valdoisiennes l’UMP-UVO décide également de ne pas revaloriser la participation du Conseil général,c’est donc une augmentation de + 2,5% du transport scolaire que devront supporter seules les familles », explique le socialiste Didier Arnal. Et d’ajouter : « Une fois de plus l’UMP-UVO démontre son désintérêt de la jeunesse valdoisienne et son incapacité à mettre en œuvre une politique départementale de soutien et de protection des Valdoisiens, face à la crise et en particulier à la baisse du pouvoir d’achat ».

C’est pourtant bien une hausse générale du tarif des transports que répercute la majorité départementale. Une augmentation votée par le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF), présidée par le socialiste Jean-Paul Huchon, que dénonce de son côté l’UVO. Alors que les Franciliens devront payer 3% de plus pour bénéficier de la carte Imagin’R, le Conseil général explique avoir « décidé de limiter l’impact de cette hausse ». Ainsi, le département annonce qu’il dépensera 5 250 000 euros pour l’année prochaine.