Le Festival biennal « La musique fait son cinéma » est un événement culturel majeur de la Ville de Soisy-sous-Montmorency, à la croisée entre musique et cinéma. Il mettra cette année à l’honneur le compositeur de musiques de film, Bruno Coulais.

Bruno Coulais, artiste de grand talent, récompensé de trois Césars, a notamment composé les musiques des films « Microcosmos », « Himalaya, l’enfance d’un chef », « Les Choristes » ou encore « Océans ».

La soirée d’ouverture du festival se déroulera à l’Orangerie du Val Ombreux, le mardi 4 juin à partir de 19h. La projection du documentaire de Pascale Cuénot « Bandes Originales : Bruno Coulais » sera suivie d’une rencontre sous le signe d’un échange convivial avec le public. Bruno Coulais et ses invités, principalement des réalisateurs avec lesquels il a travaillé, nous convieront à un échange animé par Stéphane Lerouge spécialiste des musiques de film.

S’en suivront des projections au cinéma Les Toiles de Saint-Gratien, qui permettront au public familial de découvrir ou redécouvrir deux films dont les musiques ont été composées par Bruno Coulais : « Coraline » de Henry Selick, le mercredi 5 juin à 15h,

et « Les Adieux à la Reine » de Benoît Jacquot, le samedi 8 juin à 16h.

Le concert intitulé « Les musiques de film de Bruno Coulais », rendez-vous majeur du festival, aura lieu le vendredi 7 juin à 20 h 45 à l’église Saint-Germain. Cet événement, unique et fort, présentera sur scène des musiciens et chanteurs internationaux,

ainsi que l’ensemble vocal A Filetta, qui est actuellement l’un des groupes phares du chant en Corse. Dans un dialogue entre musique et cinéma, Bruno Coulais ponctuera ce spectacle en abordant, au fil des musiques, les liens tissés avec les films pour lesquels elles ont été composées.
© Mara Bottoli

A partir du mois d’avril, de nombreuses interventions pédagogiques sont également organisées pour le jeune public : des projections pour les centres sociaux et centres de loisirs, des interventions en classe animées par des professionnels, pour sensibiliser le public scolaire à l’importance de la musique à l’image, mais aussi un projet de création d’un court métrage et de sa musique, par un collège soiséen, en partenariat avec la Cité de la Musique.

Festival « La musique fait son cinéma »
6ème édition
Du 4 au 8 juin

Le programme complet du festival et les informations pratiques sont disponibles sur www.soisy-sous-montmorency.fr
Soirée d’ouverture et concert gratuits
Réservation recommandée au 01 34 05 20 47

Biographie de Bruno Coulais
Bruno Coulais est un compositeur français, né à Paris le 13 janvier 1954. Il reçoit une formation classique (violon, piano) et s’oriente progressivement vers le cinéma. Il compose sa première musique pour un long métrage en 1986, avec « Qui trop embrasse » de Jacques Davila. Jusqu’à la fin des années 1990, Il travaille beaucoup pour la télévision. On retrouve souvent son nom sur les téléfilms de Gérard Marx, Laurent Heynemann, Édouard Niermans ou Josée Dayan et au cinéma.

En 1996, il rencontre Claude Nuridsany et Marie Pérennou, réalisateurs du documentaire « Microcosmos ». Ce film singulier, qui laisse une grande place à la musique, obtient un grand succès et le place parmi les compositeurs les plus demandés du cinéma français. En 1997, il obtient le César de la meilleure musique de film, et une Victoire de la musique. Cette notoriété est définitivement confirmée avec les bandes originales des films « Himalaya » (1999, 2ème César) et « Les Rivières pourpres » (2000).

Après « Le Peuple migrateur », en 2001, Bruno Coulais souhaite réduire ses contributions au cinéma et se consacrer à d’autres projets (création d’un opéra pour enfants, projets avec Akhenaton ou encore avec le groupe corse A Filetta avec lequel il travaille depuis sa musique pour « Don Juan » de Jacques Weber en 1998).

En 2004 pour « Les Choristes » de Christophe Barratier, Bruno Coulais obtient son troisième César en composant une musique qui obtient un succès aussi considérable que celui du film. Depuis, Bruno Coulais travaille avec des réalisateurs pour lesquels il a une affinité certaine notamment Jacques Perrin, Frédéric Schoendoerffer, James Huth, Jean-Paul Salomé, Benoît Jacquot.

Le style musical de Bruno Coulais peut être très différent d’une bande originale à une autre, cependant quelques constantes semblent se dégager : goût pour l’opéra et pour la voix humaine, pour la recherche de sonorités originales, pour les instruments extra-européens et le mélange de cultures musicales, et enfin, une tendance certaine à privilégier la notion d’ambiance (influencée par la lumière du film) à celle de narration. Dans l’ensemble, et contrairement à ses confrères, ses musiques ne doivent quasiment rien à une éventuelle « tradition française » de la musique de film, tant ses références musicales se situent essentiellement ailleurs (musiques du monde, musique contemporaine…).

En 2009, il obtient le Annie Awards pour le film « Coraline » d’Henry Selick.
Sa relation à Benoît Jacquot s’intensifie, avec le film « Au fond des bois », pour lequel il obtient le prix France Musique/Sacem 2011, et avec le film « Les Adieux à la Reine », qui lui vaut une nomination au César de la meilleure musique.