Alors qu’Argenteuil souhaite équiper ses policiers de flash-ball, le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux (SDPM) souhaite que les villes aillent plus loin, avec des armes à feu.

 Argenteuil pourrait devenir la première ville du Val d’Oise à armer ses policiers municipaux. Le conseil municipal de la commune a en effet voté favorablement une proposition allant dans ce sens. Une demande doit ainsi être transmise au préfet du Val d’Oise, Jean-Luc Névache. Déjà le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux (SDPM) salue les efforts des élus en faveur de la sécurité. « Le Maire a donc conscience des responsabilités qui lui incombent : si l’Etat est responsable de la sécurité générale sur le territoire national, sur la commune, et c’est la loi, la prévention, la sécurité, la tranquillité et le bon ordre relève avant tout du Maire » estime le syndicat.

Une mesure insuffisante pourtant selon lui. « Le flash-ball est une arme d’appoint qui peut dans certaines circonstances être utile et dissuasive, mais elle n’est que peu efficace face aux loubards, délinquants qui sont sont désormais armés et sur-armés ». Il appelle donc à aller encore plus loin avec l’équipement des policiers municipaux d’armes à feu. « Les policiers municipaux sont la première force sur l’espace public et de ce fait souvent les premiers intervenants lors d’un événement. Et les gangsters tirent d’abord, et ne se demandent pas si les policiers sont nationaux ou municipaux, armés ou non », justifie le SDPM. En complément, il souhaite que les agents soient mieux formés et équipés de gilets pare-balles.