Alors que le préfet du Val d’Oise a informé Jean-Pierre Blazy qu’il allait prendre l’arrêté de prise en considération du projet de liaison ferroviaire Roissy – Picardie, le député maire de Gonesse dénonce une nouvelle fois le projet. Une attitude critiquée par l’opposition municipale.

 Jean-Pierre Blazy n’en démord pas. Il ne veut pas de la liaison reliant la Picardie à la plateforme aéroportuaire de Roissy. Informé par le préfet du Val d’Oise de l’arrêté de prise en considération du projet de liaison « Roissy-Picardie », le député maire de Gonesse monte au créneau, à contre courant de sa propre majorité régionale et au grand dam de son opposition municipale. Il dénonce ainsi un projet qui « ne va apporter aucune amélioration réelle de la desserte pour les Valdoisiens » et qui va selon lui « créer de très fortes nuisances pour les communes de Vémars et de Villeron et de nouvelles coupures dans les exploitations agricoles ».  

Sur ce dernier argument, l’élu est d’ailleurs taclé par les écologistes régionaux mais aussi son opposition municipales. En cause, son soutien au projet Europa City et à une nouvelle gare dans le Triangle de Gonesse. « Jean-Pierre Blazy s’inquiète depuis peu des coupures des exploitations agricoles dans les communes de Vémars et Villeron soit 200 ha, alors même qu’il défend le Triangle de Gonesse, qui risque d’impacter bien plus de terres agricoles, à savoir près de 700 ha », ironisent Claude Tibi et Marie-Dominique Maisonnier.                        

Concilier les intérêts des habitants de Picardie et de l’Est du Val d’Oise

S’il critique le projet Roissy-Picardie, Jean-Pierre Blazy estime en revanche qu’une solution alternative existe : le barreau ferré de Gonesse reliant les lignes B et D. « A l’heure où les capacités publiques d’investissement sont réduites, cette proposition alternative aurait pour mérite de mutualiser les coûts et d’éviter que la liaison Roissy-Picardie ne fasse concurrence et ne retarde plus encore le Barreau de Gonesse attendu depuis longtemps par tout l’Est du Val d’Oise », juge l’élu. Selon lui, le projet aurait l’avantage de concilier les intérêts des Picards et des Valdoisiens. En effet, il permettrait de désengorger les rames de la ligne D, empruntée par les habitants de l’Oise et du Val d’Oise, en permettant aux passagers de ne plus passer par Paris pour rejoindre la ligne B du RER.

Pas du goût de son opposition municipale qui déplore de son côté que le député de la 9e circonscription « mette en opposition les départements du Val d’Oise et de la Picardie ». Et d’ajouter : « Nous réitérons le projet que nous défendons, qui est à la fois le moins onéreux, le plus écologique et qui améliore l’accès à Roissy Charles de Gaulle depuis l’Est du Val d’Oise par une liaison au niveau de Survilliers-Fosses sur la ligne picarde ».