Les élus de l’Union des Maires du Val d’Oise ont adopté à l’unanimité une motion contre la Métropole de Paris lors de leur dernier conseil d’administration.

 Réunis la semaine dernière au Conseil général du Val d’Oise, les élus du conseil d’administration de l’Union des Maires du Val d’Oise ont voté à l’unanimité une motion contre la Métropole de Paris. Malgré leurs différentes couleurs politiques, les représentants ont les mêmes inquiétudes. Ainsi, selon eux, « la règle qui obligerait les Communautés d’Agglomération à dépasser le seuil de 200 000 habitants remettrait en cause le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) et éloignerait encore plus le citoyen des centres de décision ». Une mesure d’autant plus symbolique que Val d’Oise a été le premier département en France à adopter son schéma à l’unanimité.

Autre point noir, l’obligation de remettre en cause la carte intercommunale au lendemain des élections municipales qui serait pour les maires « un terrible déni de démocratie ». Et d’ajouter : « L’aboutissement des contrats de développement territorial des pôles de Roissy et du Bourget serait rendu difficile par la disproportion de taille de la métropole du Grand Paris et des communes limitrophes du Val d’Oise, notamment Roissy et Bonneuil-en-France ». En fin, les élus craignent les conséquences économiques que peut engendrer la création d’une super intercommunalité : « La création d’une intercommunalité de 6 millions d’habitants exercera naturellement une pression sur l’enveloppe financière globale de la DGF (déjà en réduction sur 2014 et 2015) dévolue à toutes nos communes et intercommunalités ».