Pour ce spectacle, la compagnie s’est inspirée de fragments de la poésie de Hölderlin, d’extraits du livre Vie, poésie et folie de Hölderlin de Wilhem Waiblinger. Le spectacle se divise en deux parties : du théâtre avec Joseph Rottner et Alexandre Tenart, et une partie musicale avec Mathieu Bonilla et ses « environnements acoustiques ».

Durant toute la première moitié de sa vie, Hölderlin est resté presque inconnu. Durant la seconde moitié de sa vie, il s’est retiré dans un monde intérieur, non pas clos mais étrangement absent au monde des hommes, peut-être ne lui parvenant plus qu’assourdi par une ombre qu’il a cherché vainement à fuir, ayant tendu ses bras vers une lumière trop vive.

L’Atelier Permanent de Recherche Théâtrale
En 1997, Emmanuel Ostrovski fonde l’Atelier Permanent de Recherche Théâtrale en compagnie de Joseph Rottner. Cette structure légère est entièrement dédiée à la recherche sur le travail de l’acteur dans des relations inédites à l’écriture poétique, à la musique et aux sons (collaboration avec des compositeurs contemporains), à l’espace (travail hors théâtre) et à la lumière.

Le Chant perdu
Reprise d’un spectacle intimiste déjà proposé en septembre 2012 et qui a rencontré un certain succès, le Chant perdu se veut une évocation de la figure du poète Hölderlin (1770-1843).

Hölderlin a créé l’idéalisme allemand. Schiller, Goethe, lui doivent tout. Mais c’est la poésie qui le révèle dans son accablante lumière, dans sa folie rayonnante. Le lyrisme d’Hölderlin est singulier, loin des chants. Il porte en lui la transcendance, les armes du souffle incarné dont il ne sortira pas indemne, car la folie le guette.
Le spectateur est pris dans un tourbillon d’émotions entre son entrée dans l’appartement de Friedrich Hölderlin, dans sa Chambre, là où tout l’espace est vibrant de sens, jusqu’à l’asphyxie, et sa sortie. Rencontrer Hölderlin, c’est aller sur une cime, une « montagne du Temps » : vastitude dans l’exiguïté de la chambre, ivresse de la hauteur, sensation éternelle de retour.

Le Château de La Roche-Guyon et l’Atelier Permanent de Recherche Théâtrale présentent un spectacle dans un pavillon du château non ouvert au public : le chant perdu, une évocation des temps obscurs de Friedrich Hölderlin

Château de La Roche-Guyon
1, rue de l’Audience à  La Roche-Guyon
01 34 79 74 42
www.chateaudelarocheguyon.fr


Le Chant perdu
Tarif : 7,80 € (compris dans le droit d’entrée du château)
Dates et horaires : Samedi 28 septembre, à 17h – Dimanche 29 septembre, à 11h et 17h – Samedi 5 octobre, à 17h – Dimanche 6 octobre, à 11h et 17h

Réservation obligatoire : 01 34 79 74 42 ou
service.accueil@chateaudelarocheguyon.fr