TRADITIONS VOCALES DU CAP
Anwar Gambeno / Phume Tsewu
>Musique – Afrique du Sud

vendredi 4 octobre – 20h30
L’-Théâtre des Louvrais, place de la Paix / Pontoise

>A partir de 12 ans
>Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris
>Dans le cadre des Saisons France-Afrique du Sud 2012/2013

Cap Town – cosmopolite ville australe et portuaire – captive, avec ses brumes et les multiples visages de sa population : Bushmen (où Buchimans, peuple de chasseurs-cueilleurs), Zoulous, anciens colons européens ou descendants d’esclaves malgaches, malais et indonésiens notamment. Cette diversité se retrouve dans le travail du groupe fondé par Anwar Gambeno en 1981. Une cinquantaine de chanteurs aux costumes stylisés et colorés sont les dépositaires des chants rituels et de fête, nourris de riches influences musicales.

 

Péninsule du Cap. La dominante montagne de la Table expose, quand elle n’est pas drapée de brume, ses couleurs terreuses face à l’océan. Si Pretoria est la capitale administrative, Johannesburg est le poumon économique, Le Cap apparaît comme le point d’ancrage de la création sud-africaine. Figure de proue artistique, par la diversité de sa population, la ville est un carrefour culturel cosmopolite.

Née en 1652 d’une station de ravitaillement pour les navires hollandais, Le Cap a abrité tous les mélanges qui ont donné naissance à l’Afrique du Sud moderne. Habitants aborigènes khoikhoi et bushmen, colons européens, esclaves amenés d’Inde, d’Indonésie, de Madagascar et d’Afrique, Africains de langue bantoue ont interagi et donné naissance à une culture originale caractérisée par une passion pour le chant choral. Les barrières imposées par l’apartheid ont entraîné l’apparition de styles différents. Ceux qui étaient classés "coloured" (métis) ont célébré en chansons le Nouvel an, empruntant aux vieux fonds hollandais ou aux varieties internationales, y insérant des techniques vocales venues de régions musulmanes et organisant le tout sur un rythme particulier, le ghoema beat.
Ceux qui étaient classés "natives" ou "bantus" ont développé une hymnodie chrétienne, mise en forme écrite depuis la fin du XIXe siècle, dans laquelle harmonies et mélodies européennes ont été réorganisées selon les polyphonies chantées dans les villages. Ces chants religieux ont servi de modèles à des chansons profanes.

Les Cape Traditional Singers, chœur fondé par Anwar Gambeno en 1981 à partir du Malay Choir The Tulips, est l’un des meilleurs interprètes des chansons de carnaval du Cap et des répertoires propres aux Malay Choirs, les moppies et les nederlandsliedjies. Dans les premières, chansons comiques en forme de pot-pourri, le soliste doit faire rire de la voix et du geste ; dans les secondes, issues des airs de mariage musulmans, il doit orner les mélodies afin de transmettre une plus grande émotion.

Grâce à cette formation, le Fezeka Youth Choir, Phume Tsewu, professeur d’anglais, donne à ses élèves une leçon de vie. Il les entraîne dans le répertoire des chants sacrés et profanes, des cantiques, et des œuvres de compositeurs sud-africains de la fin du XIXe siècle comme dans les répertoires modernes européens et africains. Avec l’énergie d’un passionné engagé, il transmet à des jeunes des quartiers défavorisés du Cap sa quête de perfection, son exigence : « La perfection musicale est un moyen de donner fierté et confiance à des jeunes qui vivent dans un grand dénuement ».

Les Cape Traditional Singers sont très populaires à Mitchell’s Plain, l’un des principaux quartiers « métis » du Cap, où le chœur participe à de nombreuses fêtes caritatives et donne des concerts. Le groupe se produit aussi à l’étranger, entre autre en Europe et en France. Si, en compétition, il se plie aux règles très strictes du Cape Malay Choir Board, en récital, il mêle des chansons de toutes origines, illustrant de la manière la plus vivante possible la diversité et l’originalité des traditions vocales du Cap.

distribution
Cape traditional singers chansons traditionnelles des « Chœurs malais » et des troupes du Carnaval, direction Anwar Gambeno / Fezeka youth Choir cantiques et chansons profanes, direction Phume Tsewu

informations pratiques
Tarif plein 24 € – tarif réduit 19 € – groupe scolaire 9 € – tarifs abonnés 6 € à 18 €
Réservations au 01 34 20 14 14 – www.lapostrophe.net – reservation@lapostrophe.net