En 2008, le MoDem Régis Litzelmann (photo) obtenait 8,5 % au 1er tour des municipales. En mars prochain, il partira sur la liste du socialiste Jean-Paul Jeandon, maire PS sortant de Cergy. 

 « On n’est pas un MoDem de gauche, mais un MoDem indépendant qui travaille au niveau local sur des projets », explique Régis Litzelmann quand on s’étonne de son choix de rejoindre une liste PS aux municipales de mars 2014 quand le MoDem de François Bayrou élabore nationalement un rapprochement avec l’UDI de Jean-Louis Borloo. « Localement, le MoDem travaille sur des projets et pas sur de grandes idées nationales ou internationales », développe le centriste.

Mais pourquoi alors ne pas être monté sur la liste de l’UDI Thierry Sibieude ? « Le candidat UDI est dilué dans l’UMP, l’étiquette n’est pas clair », répond Régis Litzelmann qui se dit « centriste » avant tout.

Après la défaite de 2008, les équipes du MoDem à Cergy ne voulaient pas repartir seules aux municipales. « 8,5%, c’était un beau score, ça nous a permis de faire passer des idées, mais cela s’est arrêté là. Aujourd’hui, il s’agit de faire passer des idées et en appliquer certaines ! » 

Dans les rangs du PS, on n’est pas mécontents d’avoir gagné à sa cause le MoDem dans une campagne qui opposera la liste Jeandon à un candidat issu des rangs de l’UDI. « On a clairement une tentative du candidat de droite de cacher qu’il est de droite », estime Jöel Motyl, directeur de campagne du maire PS sortant qui souligne que « Thierry Sibieude est soutenu par un UMP du département bien engagé à droite avec un Axel Poniatowski (président de l’UMP 95) qui soutient Copé et la droite populaire emmenée par Mothron et Bodin ».

A Cergy, PS et Modem expliquent discuter de longue date ensemble. « Le MoDem est, selon les lieux, libre de choisir quels sont les partenaires les plus en phase politiquement avec ses valeurs. On connaît le MoDem de Cergy depuis longtemps, sa perception de la ville et de son développement », déclare Joël Motyl.

Le Modem sera donc sur la liste du maire PS en mars prochain, en compagnie d’Europe Ecologie Les Verts et du PRG (notre précédent article). « On n’a pas fini de travailler avec d’autres partenaires comme le MUP et le PCF », souligne Joël Motyl.