Trois voix d’écart à la section PS de Villiers-le-Bel entre Ali Soumaré et le maire sortant Jean-Louis Marsac qui l’emporte. Soumaré introduit un recours. Duel remporté facilement à Eragny par Dominique Gillot. Idem pour Rachid Temal, patron du PS 95, à Taverny. A Deuil, Fabrice Rizzoli sera candidat PS aux municipales. A Goussainville, les militants qui ont choisi Luc Broussy veulent garder le moral malgré la démission de leur maire du PS. 

A GOUSSAINVILLE, l’annonce mercredi du retrait du maire sortant, Alain Louis, ainsi que sa démission du PS n’a pas pour autant terni l’ambiance de la primaire opposant finalement Luc Broussy, adjoint au maire et patron de la section goussainvilloise, à Roch Masse-Biboum. Une ambiance décontractée à l’approche du dépouillement. C’est même sous les applaudissements qu’a été accueilli le tout dernier bulletin. Pendant le dépouillement, Luc Broussy avait fait le choix de rester en retrait, dans un bureau situé à l’arrière de la salle. Son concurrent lui a suivi de très près les opérations. Au final, le responsable de la section PS s’est imposé par 66 voix à 4. Les autres bulletins ont compté nuls ou blanc. Une victoire dont s’est félicité Luc Broussy : « Ce soir c’est moins la joie qui l’emporte que ce sentiment de responsabilité d’unir les socialistes puis la gauche ». Le candidat appelle le maire sortant à ne pas présenter de liste : « Une liste dissidente, c’est quasiment donner la ville à la droite ».
 
Cependant, avant d’avoir le champ libre, Luc Broussy devra encore faire valider le choix des militants. Un recours a en effet été déposé par le vaincu. « Dans cette élection, il y a eu beaucoup d’irrégularités dans la procédure électorale et j’ai demandé à la fédération de reconsidérer le scrutin de ce soir », a déclaré Roch Masse-Biboum. Selon lui, Luc Broussy aurait profité de son statut de patron du PS de Goussainville. « Les 70 militants qui ont voté ont reçu des sms et mails encore et encore de Luc Broussy qui avait le fichier des militants ». Et de conclure : « Les dés étaient pipés ». 
A GARGES-LES-GONESSE, en revanche, le suspens n’était plus de mise, Hussein Mokhtari étant seul en lice. C’est donc dans un local très calme que ce dernier a été élu. A peine 54 votants, soit un tiers des militants, avait fait le déplacement. 
 
 
VILLIERS-LE-BEL Jean-Louis Marsac "soulagé" mais Ali Soumaré appelle à "un nouveau vote"
 A Villiers le Bel, on n’entend pas une mouche voler au moment du dépouillement. 101 petits bulletins et deux candidats au coude à coude. Le conseiller régional Ali Soumaré et le maire sortant Jean-Louis Marsac sont tendus. Les bulletins s’enchaînent et aucun des deux candidats ne se détachent. Jusqu’au score final : 51 voix à 48 en faveur de Jean-Louis Marsac. 
 
« Je suis soulagé. C’était une élection que l’on savait serrée, réagit  Marsac. Trois voix, je ne vois pas qui pourrait invalider cette élection ». Une élection qui sera pourtant contestée. A peine le résultat tombé, Soumaré annonce vouloir déposer un recours dés vendredi matin sur le bureau du 1er secrétaire fédéral. « J’appelle a un nouveau vote. Ce qui me pose problème c’est qu’une dizaine de mes proches n’ont pas pu techniquement participer au vote. Jean Louis Marsac est un camarade. Il a été fairplay jusqu’au bout. C’est aucunement une démarche contre lui. Mais il y a lieu de faire un recours. »
 
Une heure après le dépouillement, les militants étaient toujours sur place pour assister à la rédaction du procès verbal où les partisans d’Ali Soumaré couchaient sur le papier leurs arguments.
ERAGNY-SUR-OISE « Estelle Meunier a voulu peut-être un peu griller les étapes », pour Dominique Gillot
 
 Résultat sans appel à Eragny ou l’actuelle maire Dominique Gillot l’emporte face à l’ancienne adjointe à la culture, Estelle Meunier, par 33 voix à 11. 44 militants socialistes s’étaient déplacés. Dominique Gillot a déjà la tête dans la campagne, « une campagne de conquête ». Elle a également eu un dernier mot pour Estelle Meunier : « Elle a tenté sa chance mais elle a voulu peut-être un peu griller les étapes ». Déçue, Estelle Meunier n’a pas souhaité s’attarder longuement sur son échec. « Le vote est assez explicite, pas besoin d’en rajouter », a-t-elle tout juste glissé. 

 DEUIL LA BARRE : Le spécialiste de la Mafia candidat
 

Fabrice Rizzoli, spécialiste reconnu de la Mafia, a devancé Daniel Boulain, candidat aux dernières municipales, par 16 voix à 11. Après l’annonce du résultat, le patron de lasection PS de Deuil a cependant évoqué son intention de travailler main dans la main avec le candidat malheureux. « Dès demain on se met au travail », a déclaré le vainqueur, alors que son adversaire n’a de son côté pas souhaité réagir. « Il ne faut pas se tromper de bataille. Aujourd’hui la démocratie interne au parti socialiste a été appliquée, nous devons maintenant mener campagne contre cette droite, contre un maire qui se présente pour un quatrième mandat », lance Fabrice Rizzoli.  
 
 
TAVERNY Rachid Temal souhaite « rassembler toute la gauche »
 
 A Taverny, Rachid Temal a réussi son pari. Le patron du PS95 a reçu le soutien des adhérents de la section socialiste de la ville avec 74,4% des votes. Il a donc été préféré au conseiller général Jean-Pierre Barentin, également candidat à la primaire socialiste. « Je veux remercier les militants qui ont fait le choix de me porter comme premier des socialistes », a confié Rachid Temal, quelques minutes après sa victoire. « Ma responsabilité est désormais de rassembler toute la gauche pour nous mener à la victoire à Taverny ». Le candidat socialiste qui compte bien s’entourer de l’expérimenté maire de la commune. « La stratégie c’est de former un binôme avec Maurice Boscavert. Nous allons tirer ensemble une liste qui rassemblera toute la gauche ». Et le vainqueur ne compte pas laisser son adversaire du soir sur le bord de la route. « Jean-Pierre Barentin avait indiqué très clairement qu’il ne ferait pas de liste s’il était battu ce soir. Je lui ai proposé qu’il soit dans celle que nous conduirons avec Maurice Boscavert. »
 

http://www.dailymotion.com/embed/video/x15tuys