Lorsque la comédienne joue seule, ce sont huit femmes qui entrent en scène. Avec beaucoup de verve et d’humour, malgré la vie qui ne les a pas ménagées, elles vont venir, tour à tour, raconter leur histoire, dire leur quotidien, se livrer au public comme à un confident, se donner en exemple plus qu’en spectacle.

Elles disent la violence sociale, la perte des repères traditionnels et le machisme des différentes cultures, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, occidentales ou orientales. Sommes-nous sur une frontière incertaine ? Après une catastrophe nucléaire ou une guerre fratricide ? Dans un bordel, dans un campement pour femmes ou chez une diseuse de bonne aventure ?

Au fil des monologues, l’endroit peu exotique se chargera de remords, d’inquiétudes et de ressentiments. Ces femmes sont les petites pièces d’un puzzle subtil et cruel.
L’accompagnement musical par la chanteuse Joëlle Nacmias amplifie l’universalité de ces confidences de femmes. Interprétés dans des langues venues d’ailleurs, ces chants multiplient à l’infini ces voix de femmes dans ce qu’elles ont de plus intime.

Ces paroles de femmes du Tadjikistan, empreintes d’une cruelle acidité et d’humour noir, Dominique Deschaintres, comédienne, issue de l’École Supérieure de Strasbourg, vous les fera partager dans le plaisir du jeu, de l’amour et de la révolte.

 « Borderline »
Compagnie A bout de ficelle

29 et 30 octobre à 20h30

Reservation@theatre95.fr  ou 01.30.38.11.99

Tarif unique 8€