Le candidat UDI à la mairie de Cergy Thierry Sibieude dénonce dans un communiqué la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à Cergy. « Le constat est accablant : le trop grand empressement de la mairie à demander l’application d’une réforme profonde sans préparation suffisante a eu raison même des meilleures volontés » explique le conseiller général.

 « La transition vers les nouveaux rythmes scolaires n’est pas simple à mener, elle nécessite un accompagnement important. Elle méritait donc d’être convenablement préparée ! » Thierry Sibieude dénonce la mise en place expérimentale de la réforme des rythmes scolaires à Cergy. Le conseiller général du canton de Cergy-Nord reproche au maire socialiste de la ville, Jean-Paul Jeandon, de ne pas avoir pris le temps d’appliquer la réforme. « Bien avant de se faire le représentant d’un gouvernement dont il partage la couleur politique et la ligne conductrice, le maire de Cergy doit apporter des solutions aux Cergyssoises et aux Cergyssois, or ceux ci ne voient rien venir. »

« Cette équipe dynamique et concernée a dû se rendre à l’évidence : rien ne sera fait pour les aider »

Le candidat UDI aux prochaines élections municipales prend le cas de l’école du Gros Caillou pour justifier son propos. « Une grande partie de l’équipe pédagogique de l’école du Gros Caillou s’impliquait dans l’animation des Temps d’Activités Périscolaires des enfants de l’école, explique-t-il. Pourtant en l’espace de quelques semaines cette équipe dynamique et concernée a dû se rendre à l’évidence : rien ne sera fait pour les aider. Leurs questions sont restées sans réponse, leur interlocuteur à la mairie absente pendant des semaines. Totalement livrés à eux-mêmes au milieu de ce chantier. »

« Telle est la situation que cherche à taire un maire de Cergy à qui le contrôle échappe et dont le dernier rempart consiste à se réfugier dans l’ignorance »

Pour Thierry Sibieude, le maire de Cergy ne joue pas son rôle pour lancer la réforme sur de bonnes bases. « Le constat est donc accablant : le trop grand empressement de la mairie à demander l’application d’une réforme profonde sans préparation suffisante a eu raison même des meilleures volontés. Telle est la situation dont souffrent les plus jeunes élèves cergyssois. Telle est la situation que cherche à taire un maire de Cergy à qui le contrôle échappe et dont le dernier rempart consiste à se réfugier dans l’ignorance. Si prise en otage politicienne des enfants il y a, le responsable en est celui qui se cache derrière eux pour masquer son impuissance. »

 « On est loin de la situation idyllique présentée lors du conseil municipal du 27 septembre. »

Le candidat propose donc ses propres solutions pour subvenir aux besoins engendrés par cette réforme : « L’embauche ou l’affectation de personnel supplémentaire, une juste évaluation des besoins, des interlocuteurs disponibles et efficaces. Voilà ce qu’attendent les enfants, les parents et les responsables pédagogiques. Pas une nouvelle pincée de poudre aux yeux ou des effets de communication : on est loin de la situation idyllique présentée lors du conseil municipal du 27 septembre. »