L’UMP a réuni, samedi au Conseil général du Val d’Oise, ses jeunes candidats aux municipales pour une journée de formation. Le PS-95 dénonce « l’amalgame entre l’institution territoriale et la sphère partisane ». Le cabinet d’Arnaud Bazin parle d’une « polémique stérile »

Réunis au Conseil général le 19 octobre, les jeunes candidats colistiers UMP aux municipales ont pu bénéficier d’une formation de la part de cadres de l’UMP du Val d’Oise. Un séminaire de travail qui a fait réagir la fédéraion valdoisienne du Parti Socialiste. Ses représentants dénoncent le choix du lieu. Le PS-95 s’indigne « que ce type de formation se tienne dans les locaux de l’institution départementale ». Et d’ajouter : « Quand bien même les dispositions nécessaires relatives à la mise à disposition de salles auraient été prises, ce qui reste à démontrer, nous dénonçons l’amalgame entre l’institution territoriale et la sphère partisane ».

Face aux critiques, le cabinet d’Arnaud Bazin, président (divers droite) du Conseil général, réplique : « Est-ce que le PS n’a jamais demandé à une commune de bénéficier de locaux ? En a-t-il bénéficié ? A-t-il trouvé cela choquant ? ». Et de dénoncer « une polémique stérile ». Le cabinet précise qu’une demande en bonne et due forme a été faite. « Nous traitons toutes les demandes, notamment en nous assurant de la capacité d’accueil et du respect des règles d’accès ».

Autre cible du PS 95, Arnaud Bazin. Sa présence lors de l’événement, démontre pour les socialistes son « appartenance partisane à l’UMP ». Le cabinet du président : « Il a participé en ouverture pour accueillir les participants comme c’est la tradition ». Et d’ajouter : « Il y a toujours une personne du Conseil général pour recevoir les associations ou tout autre personne qui a fait la demande d’obtention d’une salle ».