Jean-Paul Jeandon a tenu à réagir aux propos de Thierry Sibieude sur les rythmes scolaires. « Ne mettons pas les enfants de Cergy en otage de la politique » demande le maire de Cergy, qui rappelle que la ville "va investir un million d’euros chaque année dans cette réforme."

 Jean-Paul Jeandon défend sa mise en place expérimentale des rythmes scolaires à Cergy. Après la charge sur le sujet de Thierry Sibieude, son adversaire aux prochaines élections municipales, le maire de la ville a tenu à affirmer sa volonté de mener à bien ce projet. « C’est un dossier que je suis attentivement, et nous réussirons, explique-t-il. C’est une réforme importante, elle ne doit pas faire l’objet d’une récupération de politique politicienne. La réussite éducative est l’une des priorités de la ville. Ne mettons pas les enfants de Cergy en otage de la politique. »

« La ville va investir 1 million d’euros chaque année pour cette réforme »

La ville de Cergy a mis en place une expérimentation dans deux écoles, pour préparer la généralisation de la réforme en 2014. « Un chef de projet a été mis en place pour les deux écoles, détaille le maire. Et un référent pour les temps d’activités périscolaires dans chacune d’elles. » Au total, la réforme coûtera 1,6 millions d’euros chaque année à la ville. « L’Etat nous aidera à hauteur de 600 000 euros. La ville va donc investir 1 million d’euros chaque année pour cette réforme.»

« Le débat reste ouvert »

Courant novembre, une réunion de concertation sera tenue avec les différents acteurs de cette réforme, pour faire un premier bilan. Pour le moment, Jean-Paul Jeandon est satisfait des premiers retours. « Nous avons bien fait de séparer l’application des rythmes scolaires entre la maternelle et la primaire, explique-t-il. C’est un aspect qui remonte au niveau national. Nous devons maintenant trouver les bonnes journées pour appliquer le temps d’activités périscolaires en primaire. Le débat reste ouvert, et c’est avec la concertation que l’on optimisera cette réforme. »