Dans un courrier adressé aux députés valdoisiens, le patron du PCF 95, Jean-Michel Ruiz, demande aux élus de rejeter le projet de loi sur les retraites « afin d’ouvrir sur d’autres bases le débat sur les alternatives à la baisse programmée des pensions de retraite ».

 Rejeté par le Sénat après ne pas avoir réussi à obtenir la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, le projet de loi sur l’avenir des retraites, s’apprête à faire son retour devant les députés. L’occasion pour Jean-Michel Ruiz d’interpeller les représentants valdoisiens. « Si cette réforme passe, elle entérine du coup la réforme Fillon qui mettait fin à la retraite à 60 ans. Elle s’inscrit dans le prolongement des réformes qui ont allongé la durée de cotisation requise pour une retraite au taux plein », écrit-il dans un courrier.

Pour le patron des communistes du Val d’Oise, la majorité gouvernementale se rendrait coupable, en cas d’adoption de la réforme, d’une aggravation de la situation économique et sociale. « Si cette réforme passe, la majorité gouvernementale aura, comme celle qui a permis les réformes Balladur puis Fillon, contribué à augmenter le chômage, à aggraver les conditions de vie et de santé des travailleurs, à baisser le pouvoir d’achat des retraités sans assurer la sauvegarde de notre système puisque refusant de toucher au coût du capital et à  la politique d’austérité largement à l’origine des déficits des comptes sociaux », explique-t-il.