La préfecture du Val d’Oise a informé ce jeudi qu’une enquête avait été ouverte par le procureur de la République du Val d’Oise suite au décès d’un pompier à proximité du blocus des agriculteurs à la Croix Verte.

 Une enquête a été ouverte par le procureur de la république du Val d’Oise, après la mort d’un sapeur-pompier professionnel lors d’un accident de la route survenu à proximité du barrage filtrant mis en place par les agriculteurs à la Croix Verte ce jeudi matin. La victime rejoignait son lieu de travail à bord de son véhicule personnel lorsqu’elle a percuté "l’arrière d’un camion immobilisé par les encombrements générés par les blocages de la circulation organisés ce jeudi par des représentants de certaines professions agricoles, explique la préfecture du Val d’Oise. L’accident s’est produit à environ 2 km du rond-point dit de La Croix Verte, sur la Francilienne, dans le sens Ouest-Est."

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a rapidement réagi après le drame.  "C’est trop grave de bloquer la circulation sans mesure de sécurité et de précaution", a t-il jugé sur iTélé. Il a immédiatement demandé la levée des barrages "dans un souci de responsabilité et de sécurité."

De son côté, le président de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) a dénoncé une récupération politique.Il s’insurge contre une "pirouette" du gouvernement pour "décrédibiliser" leur action. "La responsabilité agricole n’est pas engagée" a-t-il indiqué. Des propos relayés par son vice-président, Jean-Claude Guehennec. "C’est un coup de malchance qui n’a rien à voir avec notre opération. Cela reste toutefois regrettable, et nous sommes touchés par cet accident qui a coûté la vie à un homme."

LIRE AUSSI : Barrage filtrant d’une cinquantaine d’agriculteurs à la Croix Verte