Les médecins libéraux valdoisiens poussent un cri d’alarme. Les praticiens dénoncent des conditions de travail de plus en plus difficiles. Ils alertent sur un danger de pénurie qui touche déjà une grande partie du département. 

Inquiets et pour certains en colère. Les médecins libéraux du Val d’Oise dénoncent des conditions de travail difficiles. Trop de charges, trop de démarches administratives et des journées de travail interminables. Des conditions qui refroidissent les jeunes diplômés à s’installer à leur compte. Les médecins  alertent sur un danger de pénurie qui touche déjà la plupart des territoires du département. Ils craignent pour l’avenir de leur profession alors que le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) de Marisol Touraine est actuellement à l’étude. C’est pour faire passer ce message que Serge Larcher, président de la chambre syndicale des médecins du Val-d’Oise, vient d’interpeller quelques élus du département au cours d’un débat public à Eaubonne.

Inquiétude à Enghien-les-Bains

La ville d’Enghien-les-Bains, pourtant l’une des plus dotées de médecins dans le Val d’Oise, prend très au sérieux le risque de pénurie. Deux problèmes ont été soulevés par une récente étude menée auprès des médecins enghiennois : l’immobilier y est de plus en plus cher et l’appauvrissement du tissu médical commence à se faire sentir. A terme, la conséquence pourrait être une diminution du nombre de médecins. Donc une augmentation des délais de rendez-vous. Signe que la question est prise au sérieux, un colloque a été organisé sur l’avenir du paysage médical de la ville thermale. Objectif : trouver comment dynamiser l’offre du territoire pour ne pas perdre médecins et patients. Une ville particulièrement attractive pour les habitants de la Vallée de Montmorency : 700 000 consultations sont effectuées par an à Enghien, 500 000 concernent des patients de l’extérieur. 

La réponse de Marisol Touraine

Les médecins libéraux valdoisiens demandent que le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale de Marisol Touraine ne soit pas appliqué. Les médecins libéraux s’insurgent essentiellement contre la généralisation du tiers payant qui permet au patient de ne pas avancer d’argent lors d’une consultation chez un médecin. Le médecin est remboursé directement par l’assurance maladie et la complémentaire. Ils dénoncent également l’encadrement des remboursements par les mutuelles et les assureurs sur les contrats dits solidaires et responsables. Dernier problème soulevé : les dépassements d’honoraires des médecins qui ne pourront plus être pris en charge en totalité.

La ministre de la santé, qui était dans le Val d’Oise la semaine dernière à l’Hôpital de Gonesse, répond aux revendications des médecins. Pour Marisol Touraine, il s’agit au contraire d’un projet en faveur de la profession.

Les médecins libéraux valdoisiens pourraient organiser une semaine blanche, c’est-à-dire sans consultations, juste avant les élections municipales. Seulement si leurs revendications ne sont pas prises en compte. 

http://www.dailymotion.com/embed/video/x17mazs