Le procureur de la cour d’appel de Versailles a requis ce mercredi deux ans de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité à l’encontre du maire UMP de Sannois, Yanick Paternotte. L’édile comparait pour abus de faiblesse.

 Les réquisitions sont identiques à celles de son confrère, presque un an jour pour jour plus tard. Le procureur de la cour d’appel de Versailles a requis ce mercredi deux ans de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité à l’encontre du maire UMP de Sannois, Yanick Paternotte. L’édile comparait pour abus de faiblesse, dans le cadre de la donation par une nonagénaire, Lucienne Kielar, de ses parts d’une propriété à Sannois. En première instance, Yanick Paternotte avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre a quinze mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité.

"Ce dont on m’accuse est épouvantable a-t-il déclaré à la barre, peu avant la fin de l’audience. C’est une ignominie. J’ai des conséquences personnelles, familiales, professionnelles et politiques" Avant d’implorer le président de la 18ème chambre des appels correctionnels de la cour d’ppel de Versailles : " Je vous en supplie, rendez-moi justice."

Délibéré le 29 janvier 2014

Ce mercredi, l’ancien député comparaissait au côté de sa femme, Sylvie Marchandise, ainsi que du notaire qui a rédigé l’acte de donation, Me Patrick Planchon. Si sa compagne n’a fait l’objet d’aucune réquisition par l’avocat général, le procureur a requis un ans de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende à l’encontre de Me Patrick Planchon.

L’arrêt de la cour d’appel de Versailles sera rendue le 29 janvier prochain. Moins de deux mois avant les élections municipales. Lors des derniers voeux, Yanick Paternotte avait indiqué qu’il serait de nouveau candidat à Sannois, "si Dieu me prête vie."

http://www.dailymotion.com/embed/video/x17s30t