Abdel Senbel présentera sa propre liste lors des municipales de 2014 à Saint-Gratien. L’ancien socialiste, qui n’avait pas obtenu la faveur des militants lors du vote de désignation du premier des socialistes, justifie sa décision par de graves irrégularités et notamment des insultes dont il aurait fait l’objet.

 Deux recours n’auront pas suffit à changer la donne. Lors des municipales de mars 2014, Abdel Senbel partira sans le soutien du Parti Socialiste à Saint-Gratien. Une formation qu’il a décidé de quitter, évoquant des irrégularités lors de la soirée du vote de la tête de liste sur la commune. Déçu que les militants aient majoritairement préféré apporter leurs suffrages à Philippe Rolland, candidat « parachuté » selon lui, il évoque également des insultes. Un proche du candidat élu aurait déclaré, selon lui : « Pas d’arabe tête de liste ». Des accusations que devra vérifier la justice, puisqu’ Abdel Senbel assure avoir porté plainte. La commission PS chargée d’étudier le litige, elle, n’a rien trouvé à redire, validant le résultat du vote.

 Philippe Rolland : « Abdel Senbel avait sa place »

Des déclarations fausses, assure de son côté Philippe Rolland, pour qui son adversaire « n’accepte pas la défaite ». Et d’ajouter : « S’il y avait eu ce type de propos, j’aurais pris des dispositions ». Le candidat PS, qui pointe « l’égo susmentionné » d’Abdel Senbel assure pourtant qu’il aurait été prêt à accueillir son adversaire. « Il avait sa place », assure-t-il. Désormais, Philippe Rolland se consacre à sa campagne et explique qu’il souhaite « renouveler la gauche ». Dans cette optique, il précise être en discussion avec d’autres composantes de celle-ci.

En mars prochain, les deux hommes tenteront de conquérir la mairie actuellement gérée par l’UMP Jacqueline Eustache-Brinio.