L’Assemblée nationale a voté, jeudi 12 décembre, la création de la Métropole du Grand Paris. Avec une conséquence de taille : la suppression au 31 décembre 2015 des intercommunalités des départements de la Petite couronne. Arnaud Bazin craint qu’un déséquilibre s’installe à terme avec les départements de la grande couronne. 

 Le président (divers droite) du Conseil général du Val d’Oise voit dans la Métropole du Grand Paris « un colosse aux pieds d’argile » qui ne va pas « améliorer la vie quotidienne des valdoisiens, et ni à poursuivre et consolider les dynamiques territoriales du projet Grand Paris ». 

Pire, Arnaud Bazin estime que tout est organisé pour que cette nouvelle institution « rentre en conflit ouvert et permanent avec la Région sur les questions d’aménagement et de transports ». 

Arnaud Bazin rappelle que l’essentiel de la croissance démographique francilienne se fera demain en Grande Couronne. Il estime que la gouvernance métropolitaine devrait prendre en compte « les dynamiques en cours dans cette Grande Couronne en général, et dans le Val d’Oise en particulier ». 

Il considère que la décentralisation a permis aux collectivités de prendre leur destin en main, mieux de faire la preuve qu’elles pouvaient travailler ensemble à des projets communs. « Depuis presque 30 ans en Ile-de-France, et 20 ans dans le Val d’Oise les intercommunalités du Grand Paris ont fait la preuve de leur capacité à organiser et gérer les territoires à une échelle pertinente pour de nombreux services publics de proximité. Or, ce sont elles qui seront « sacrifiées » en priorité, sur l’autel d’une simplification apparente et technocratique ! »

Et le président du département du Val d’Oise de lister les dossiers portés par ces collectivités : «Ces mêmes intercommunalités ont joué  un rôle décisif dans l’élaboration et le portage des contrats de développement territorial (CDT) du Grand Paris, en particulier dans le Val d’Oise, avec Roissy Portes de France sur le contrat de développement territorial Coeur économique Roissy Terres de France, avec Val de France sur le contrat de développement territorial Val de France Gonesse Bonneuil, avec Cergy-Pontoise sur le contrat de développement territorial de la Confluence Seine-Oise. 
En coupant en deux le pôle économique de Roissy, en oubliant Saclay, la Confluence Seine Oise et la Cité Descartes, le modèle proposé va à l’encontre de toutes les dynamiques portées par le projet du Grand Paris tel qu’il avait été conçu par Nicolas Sarkozy et Christian Blanc. »


Le Conseil général favorable à « une gouvernance métropolitaine qui vise avant tout à améliorer la vie quotidienne des franciliens »

Le Conseil général du Val d’Oise avait voté le 22 novembre dernier une motion où étaient rappelées ses positions :

– d’une gouvernance métropolitaine polycentrique, respectueuse de l’histoire et de la géographie de l’Ile de France ;

– d’une gouvernance métropolitaine qui vise avant tout à améliorer la vie quotidienne des franciliens, en particulier en prenant en compte les urgences que sont l’amélioration des déplacements, ferrés, routiers et numériques, l’amélioration des conditions de logement et la création d’emplois à travers le renforcement de l’attractivité économique ;

– d’une gouvernance métropolitaine qui accompagne et renforce les dynamiques territoriales en cours, notamment dans le Val d’Oise à travers les contrats de développement territorial du Grand Paris, dans lesquels des intercommunalités renforcées doivent continuer à jouer un rôle décisif ;

– d’une gouvernance qui soit soucieuse d’organiser un service public proche des habitants et économe des deniers publics.
 
 

http://www.dailymotion.com/embed/video/x18ndyx