La sureté départementale du Val d’Oise a interpellé plusieurs individus qui se livraient à un un trafic de stupéfiants entre Deuil-la-Barre et La Rochelle, en Charente-Maritime.

L’origine des faits remonte à fin juin 2012, lors d’un contrôle réalisé dans une citée de Deuil-la-Barre. Les policiers découvrent un sac de sport contenant 250 grammes de résine de cannabis, 400 grammes d’herbe et 75 grammes de cocaïne. Egalement à l’intérieur, un bonnet et un t-shirt. Ce sont ces derniers élément qui vont permettre de dresser les profils ADN de deux hommes, dont l’un est âgé de 26 ans et réside à Deuil-la-Barre. En les plaçant sur écoute, les enquêteurs vont obtenir la confirmation qu’un trafic existe entre Le Val d’Oise et la  Charente-Maritime. En tout, six suspects sont identifiés. Parmi eux, un jeune homme âgé de 28 ans, résidant La Rochelle.

Plus d’un an après le début de l’enquête préliminaire, les fonctionnaires de police passent finalement à l’action. Munis d’une commission rogatoire, ils procèdent à des interpellations et à des perquisitions chez les suspects les 16 et 17 décembre. Premier interpellé, le Rochelais, chez qui ils découvrent 50 grammes de cocaïne, plusieurs téléphones et une comptabilité. Le lendemain, c’est au tour du suspect de Deuil-la-Barre d’être emmené par les policiers alors qu’il se trouve dans la ville de Logne (94). Enfin un dernier homme est extrait de la prison de Fleury-Mérogis. Une perquisition chez l’un des suspect permet de mettre la main sur 100 grammes d’herbe et 50 grammes de résine de cannabis conditionnés en sachets, des balances de précision et environ 300 euros.

Une cliente achète pour 50 000 euros de cocaïne

Lors des auditions, le jeune suspect de La Rochelle reconnaît s’approvisionner dans le Val d’Oise pour revendre des produits stupéfiants sur l’Ile de Ré. Une quarantaine de clients est identifié dans le secteur, dont une partie dans le milieu de la restauration. C’est en entendant 14 acheteurs que les enquêteurs vont faire une nouvelle découverte. L’une des clientes, restauratrice de profession, déclare avoir acheté pour 50 000 euros de cocaïne pour sa consommation ainsi que pour un petit cercle de consommateurs. Le vendeur pour sa part avoue avoir écoulé pour 2 kilos de cocaïne sur une période de deux ans, à raison de 20 grammes par semaine. Il désigne le suspect de Deuil-la-Barre comme son fournisseur. Ce dernier niera le trafic avant de finalement prétendre qu’il n’a vendu que du cannabis. Cinq acheteurs seront entendus dans le Val d’Oise, déclarant s’être approvisionné chez deux frères, dont le suspect. Un troisième et dernier individu, également originaire de Deuil-la-Barre, suspecté d’être mêlé au trafic ne reconnaitra que sa consommation personnelle de cannabis malgré les preuves de policiers.

Au terme des gardes à vue, le suspect originaire de La Rochelle a été placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt du Val d’Oise, à Osny. Son fournisseur valdoisien a été emmené à Nanterre alors que le dernier suspect a été placé à Fleury-Mérogis.