La majorité du Conseil général du Val d’Oise dénonce le départ programmé du président du directoire de la société du grand paris. Une prise de position partagée avec les départements des Yvelines et des Hauts de Seine.
 
"Au moment où le projet du Métro Grand Paris Express entre dans sa phase opérationnelle, au moment où les premières enquêtes publiques s’achèvent et que la préparation des travaux va être engagée, au moment où le succès de la politique partenariale menée par Etienne Guyot est reconnu, le Gouvernement décide de le révoquer au profit de l’ancien Directeur général des Services de la Seine-Saint-Denis", dénoncent en coeur les trois conseils généraux.
 
Les présidents des départements du Val d’Oise, des Hauts de Seine et des Yvelines s’inquiètent pour le devenir des projets lancés par Etienne Guyot. Ils font le point des dossiers dans un communiqué :
 
"Pour la ligne 15 Sud, la Société du Grand Paris est entrée dans une phase opérationnelle avec l’objectif de démarrer les travaux fin 2014-début 2015 ; 16 gares sont concernées dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne ainsi que des centres de maintenance.
 
Pour la partie des Hauts-de-Seine Sud, ce tronçon concerne 5 gares, 40 000 voyageurs en heure de pointe le matin et devait être mis en service en 2020.
Les travaux préparatoires de ce tronçon, qui démarreraient sur le département, devaient être engagés cette année.
 
Qu’en sera-t-il désormais ?
 
Pour la partie Hauts-de-Seine Ouest (9 gares entre Saint-Cloud et Gennevilliers), la concertation préalable était initialement prévue au printemps 2014.
 
Quand aura-t-elle lieu ?
 
Qu’en sera-t-il des engagements pris pour le tronçon Yvelinois dont Monsieur Guyot s’était fait le garant lors de nos débats. Aussi, avant qu’une telle nomination soit faite sans réelle justification vis à vis du passé, nous demandons que soient confirmés tous les engagements passés notamment en matière de financements et de calendrier.
 
Pour la L 16 en Seine-Saint-Denis, quel sera le calendrier de l’enquête publique ?
 
Qu’en sera-t-il enfin de la desserte du Bourget, du triangle de Gonesse, et de l’aéroport Charles de Gaulle, cruciale tant pour le développement de ces zones défavorisées de Seine Saint Denis et du Val d’Oise que pour l’accessibilité de la Métropole toute entière ?
 
Le calendrier est serré : de surcroît, tout retard, qui se répercuterait automatiquement sur les autres lignes en correspondance avec les Yvelines et le Val d’Oise, ne saurait être toléré par les voyageurs franciliens déjà  éprouvés par les difficultés quotidiennes dans les transports et aurait des conséquences en termes d’emplois."