Dominique Lefebvre est confiant pour les prochaines élections municipales. Le président PS de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise estime que la gauche "part globalement rassemblée, alors que la droite est divisée. Nous pouvons gagner Pontoise et Osny."

 A moins de deux mois du premier tour des élections municipales, Dominique Lefebvre est revenu sur les différents enjeux au niveau de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise (CACP). Le président socialiste de la CACP prévoit « au pire la stabilité, au mieux une progression de la gauche » dans l’agglomération. « Je pense qu’il n’y a pas de projet alternatif au notre pour l’agglomération. La droite n’a aucune vision pour la CACP, en témoigne le programme du candidat de Cergy, qui est d’un vide sidéral sur ce point. » Pour lui la droite part affaiblie dans ces élections. « La gauche est globalement rassemblée à Cergy-Pontoise, tandis que la droite est divisée à Osny et Pontoise, estime le député de la dixième circonscription du Val d’Oise. Nous avons dans ces villes des équipes talentueuses, et je pense qu’il y a beaucoup de raisons pour qu’il y ait un changement et que l’on vienne conforter le projet de l’agglomération. »

Pour l’ancien maire de Cergy, le Front national représente une menace bien plus importante :

Dans son ancien fief de Cergy, où Dominique Lefebvre a passé la main à son premier adjoint Jean-Paul Jeandon après avoir été maire durant près de 17 ans, le député est tout aussi confiant. « La succession s’est parfaitement passée, Jean-Paul Jeandon qui était déjà connu s’est fait davantage connaître et apprécié, estime l’ancien maire. L’équipe est renouvelée et rassemblée. Je ne m’inquiète pas, car je ne crois pas qu’il y ait une droite crédible, ni un candidat de droite crédible à Cergy. »

Dominique Lefebvre choisira son mandat de parlementaire s’il est réélu député en 2017

Dominique Lefebvre est également longuement revenu sur ses 18 premiers mois en tant que député de la dixième circonscription du Val d’Oise. « Ce sont 18 mois passionnants, sur lesquels j’ai été amené à prendre des responsabilités successives. Depuis mars je suis responsable socialiste au sein de la comission des finances, ce qui me permet d’être dans un dialogue permanent avec les ministres, le premier ministre et le président de la République. Et dès ce vendredi 31 janvier, je serai chargé d’animer le groupe sur la réforme fiscale des ménages. Les électeurs m’avaient élu pour que je porte leur message, et je pense aujourd’hui que les responsabilités que l’on m’a confié montrent j’ai respecté cet engagement. » Alors que la loi sur le cumul des mandats a été adopté au début de l’année à l’assemblée nationale, Dominique Lefebvre s’engage déjà à choisir son mandat de parlementaire en 2017 :