Alliance avec le PS ou choix d’une liste Front de Gauche indépendante : les différentes composantes du mouvement ne sont pas toujours d’accord sur la stratégie à tenir. Dans le Val d’Oise, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Explications.

 Le Front de Gauche est un label très convoité pour les municipales de mars prochain. Mais les deux partis fondateurs du mouvement, le Parti communiste (PCF) et le Parti de Gauche (PG) affichent des divergences sur la stratégie à tenir. Si le PCF assume le choix d’alliances possibles avec des listes socialistes, lorsque le contexte local le justifie, le Parti de Gauche refuse de s’associer au PS et privilégie la composition de listes autonomes. Résultats: le Front de Gauche affiche des listes unitaires à Pontoise, Herblay, Garges-lès-Gonesse ou Pierrelaye, mais se divise à Argenteuil, Ermont, Gonesse ou Taverny. Dans ces villes, le logo du Front de Gauche pourrait donc s’afficher sur plusieurs listes dans la même commune.

PCF : des alliances possibles avec le PS

Au Parti communiste Val d’Oise, Jean-Michel Ruiz, également porte-parole  du Front de Gauche, reconnaît que ces listes multiples "peuvent créer la confusion dans l’esprit des électeurs". Mais pour le PCF, la stratégie est logique. "Notre approche est ouverte pour ces élections", explique Jean-Michel Ruiz, "on regarde d’abord le bilan des maires. On regarde aussi ceux qui se battent, comme nous, pour le développement des services publics et contre l’austérité et nos militants se prononcent ensuite par un vote. Notre objectif est simple : c’est battre la droite et l’extrême droite". Si le PCF condamne au niveau national la politique menée par François Hollande, pour les élections municpales "il n’y a pas de dogme".

Pas d’alliance avec le PS au Parti de Gauche

Au Parti de Gauche, l’autre composante importante du Front de Gauche, le son de cloche est différent. Pour Patrice Lavaud, le credo est de "monter partout des listes autonomes du PS, en rupture avec la politique de restriction budgétaire et d’austérité du gouvernement". Le Parti de Gauche souhaite afficher une cohérence entre la politique nationale du PS et les politiques municipales des maires socialistes. Il n’y aura donc pas de membres du Front de Gauche sur une liste socialiste, sauf, précise Patrice Lavaud, "lorsque c’est le PS qui rejoint une liste de gauche, comme à Bezons, Pierrelaye, Fosses (villes tenues par le PCF) ou Méry sur Oise ou le PS s’est allié à la liste de Guillaume Vuilletet (EELV-Front de Gauche)".

Des divisions malgré le vote des militants

Les dissensions entre PCF et Parti de Gauche donnent des situations plutôt cocasses dans certaines communes. A Argenteuil, les communistes ont largement voté pour la création d’une liste Front de Gauche indépendante, face à la liste du maire socialiste Philippe Doucet. Mais trois membres du PCF, dont la maire adjointe Rachida Habri, décident pourtant de se rallier au maire… contre le vote des militants. A Taverny, c’est le cas inverse, "le plus compliqué" avoue Patrice Lavaud. Les militants PCF se prononcent pour soutenir Laurent Alcini,qui sera présent sur la liste de Maurice Boscavert et du PS, mais c’est un autre communiste, Bruno Devoize, qui décide de monter sa propre avec le Parti de Gauche et d’autres composantes du mouvement. Dans les deux cas, Jean-Michel Ruiz affirme que le PCF suivra le vote des militants pour apporter officiellement le soutien du parti communiste à une liste.

Le PG avec les Verts

Autres zones de friction : Gonesse, où le PCF fera partie de la liste socialiste du maire sortant Jean-Pierre Blazy, alors que le Parti de Gauche soutiendra  le candidat Europe Ecologie les Verts (EELV), Mohamed Ouerfelli. En cause : le projet Europa City qui divise le PS, le Parti de Gauche et les écologistes. A Ermont le Parti de Gauche rejoindra également EELV, alors que le PCF s’associe au socialiste Mathias Trogrlic. Enfin à Cergy, la situation n’est pas encore clarifiée pour une liste du Front de Gauche unie sous la bannière de la communiste Françoise Courtin. Mais Jean-Michel Ruiz et Patrice Lavaud espèrent bien parvenir rapidement à une liste rassemblée. "Nous n’avons aucun désaccord sur le programme", précise Patrice Lavaud.

Quel logo sur les affiches électorales ?

Reste l’utilisation du logo du Front de Gauche sur les affiches électorales. On pourrait le retrouver sur deux affiches de deux listes différentes dans la même ville, comme à Taverny, Ermont ou Gonesse. De quoi rendre la stratégie du Front de Gauche peu lisible pour les électeurs. Pour Jean-Michel Ruiz, "toutes les composantes du mouvement peuvent utiliser le logo du Front du Gauche sur leurs affiches". "C’est affectivement une possibilité" reconnait aussi Patrice Lavaud pour le Parti de Gauche. "On est en train d’en discuter au niveau national… mais je peux vous dire que ce sera rare".

Dans une vingtaine de communes, le Front de Gauche s’avancera uni aux municipales. Il y aura liste unique à Bezons, Pierrelaye, Fosses, Cormeilles, Deuil la Barre, Eaubone, Garges-lès-Gonesses, Herblay, Pontoise, Saint- Gratien, Sannois, Sarcelles. Mais aussi à Eragny, Jouy-le-Moutier, Montmagny ou Soisy. A Saint-leu-la-Forêt, la liste n’est pas encore bouclée.