Arcole Industries a maintenu mardi son offre de reprise du transporteur de colis après la signature sur le fil, par la CFDT, du plan de restructuration. Le tribunal de commerce de Pontoise rendra sa décision jeudi prochain à 17h.

La CFDT a finalement accepté de signer l’accord collectif après une ultime discussion avec André Lebrun, le PDG d’Arcole Industries. L’audience mardi s’était pourtant ouverte avec le spectre de la liquidation judiciaire. Quelques heures plus tôt, le syndicat, majoritaire au sein de Mory Ducros, avait annoncé qu’il ne signerait pas l’accord collectif, une des conditions posées par le principal actionnaire de Mory Ducros pour maintenir son offre. Dans un communiqué Arcole Industries avait d’ailleurs répliqué que cet accord était un « préalable indispensable », « faute de quoi il appartiendra au tribunal de commerce de se prononcer sur une liquidation judiciaire ».

A peine commencée, l’audience du tribunal de commerce de Pontoise a été suspendue pendant une heure. Une heure pour permettre une ultime tentative d’accord entre le syndicat et le repreneur. L’entretien a donc été bénéfique puisque la fédération CFDT Transports a signé le plan de restructuration levant de fait la clause suspensive posée par Arcole. Trois syndicats l’avaient déjà ratifié : FO, la CFTC et CFE-CGC. La CGT, deuxième syndicat du transporteur de colis a, lui, refusé de le signer.

 

ITW Fabian Tosolini – Ducros par vonews95

C’est le secrétaire général de fédération de la CFDT-FGTE, André Milan qui a apposé sa signature. Rudy Parent, délégué central CFDT, habilité à signer l’accord, a pour sa part refusé de signer. Pour ce dernier, cet accord visait « les ex-Ducros qui ont une rémunération légèrement supérieure aux ex-Mory ». La fédération CFDT Transports affirme avoir obtenu, à l’issue de l’échange des garanties supplémentaires autour notamment des critères de licenciement.

ITW André Milan – Mory Ducros par vonews95

Arcole Industries propose de garder 2210 salariés sur 5000 que compte le groupe, de reprendre 48 agences sur 85 et d’en ouvrir deux, à Goussainville (Val d’Oise) ainsi qu’à Mitry-Mory (Seine-et-Marne).

Le tribunal de commerce de Pontoise doit rendre sa décision jeudi prochain à 17h.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}