Le PS 95 n’aura pas réussi à faire changer d’avis Jean-Louis Marsac . Le maire PS de Villiers-le-Bel le confirme: il ne permettra pas à Ali Soumaré, secrétaire de section PS de la commune, de figurer sur sa liste. Ce dernier dénonce "un climat délétère".

La tension ne retombe pas à Villiers-le-Bel après la primaire PS et maintenant l’annonce de la démission du conseil municipal de six élus proches d’Ali Soumaré, conseiller régional et secrétaire de section PS de la commune. Les démisionnaires disent ne plus supporter « la chasse aux sorcières » menée selon eux par le maire. Devant la tournure des événements, Rachid Temal, premier secrétaire du PS 95 est intervenu. Il somme ainsi Jean-Louis Marsac, désigné premier des socialistes après sa victoire à la primaire PS, « de respecter son engagement de rassemblement des socialistes dont Ali Soumaré, candidat aux primaires internes».

En outre, il appelle « les socialistes ayant annoncé leur démission du conseil municipal à ne pas s’engager dans cette voie et à poursuivre leur action quotidienne au service des Beauvillésois ».

« Cette question est réglée, je pense avoir été clair », Jean-Louis Marsac

 Problème, le maire de Villiers-le-Bel n’a pas la moindre intention de voir son adversaire des primaires, figurer sur sa liste en mars prochain. « Cette question est réglée, je pense avoir été clair », tranche l’élu, qui assure avoir déjà abordé la question avec les instances départementales du Parti Socialiste en octobre et décembre 2013. Et d’ajouter « Je ne céderai pas aux pressions ».

Pour justifier sa décision, Jean-Louis Marsac précise qu’il ne souhaite pas prendre le risque de voir des divisions au sein de son rassemblement dans le futur. « Les accords d’appareils, ça dure le temps que ça dure », insiste-t-il, précisant qu’il veut pouvoir centrer son équipe autour de personnes en qui il a confiance. « C’est le choix de la cohérence », juge le candidat socialiste. Il assure par ailleurs que certains élus démissionnaires devaient être sur sa liste. « Je pense avoir fait preuve d’ouverture », conclut le maire.

« Je vais soutenir la gauche mais pas Marsac », Ali Soumaré

 De son côté, Ali Soumaré déclare qu’il ne fera rien qui puisse permettre à la droite de gagner les muniicpales à Villiers-le-Bel. Mais pas question pour autant d’appuyer le candidat officiel du PS lors de ces élections. « Je vais soutenir la gauche mais pas Marsac », tréagit Ali Soumaré. Et d’ajouter : « Si jamais il devait gagner, qu’il sache que ça n’est pas sa victoire ».

Ali Soumaré insiste sur le « climat délétère » dans la commune depuis plusieurs mois. Il considère toujours avoir été battu « dans des conditions critiquables » lors de la primaire socialiste d’octobre dernier. « Je continue penser qu’il y a eu des anomalies graves sur le vote », scande le secrétaire de section, qui espère réussir à « obtenir des explications » de la part des instances socialistes.

Des élus démissionnaires dénonçent « une chasse aux sorcières »

Vendredi soir, cinq élus de la majorité* sortante et une de l’opposition** ont décidé de quitter le conseil municipal de Villiers-le-Bel. Les socialistes dénoncent dans un communiqué « une chasse aux sorcières ». Des socialistes qui estiment que « leur loyauté, leur intégrité et leur disponibilité n’ont pas été entendues, ni même considérées » alors qu’ils avaient toujours soutenu la politique du maire. Une sanction selon eux liée à leur appui à la candidature d’Ali Soumaré lors de la primaire socialiste de Villiers-le-Bel. « Leur soutien à la candidature d’Ali Soumaré, Jean-Louis Marsac, l’a perçu comme un affront, pour lui qui se sent légitime comme héritier direct au trône de maire de Villiers-le-Bel », jugent les élus.

Le secrétaire de section assure donc comprendre la décision de ses camarades socialistes et dénonce « l’arrogance politique » du maire. Il pointe également des « pressions, insultes et diffamations » à l’encontre de plusieurs de ses soutiens. Et d’ajouter : « Jean-Louis Marsac est sorti de son rôle de maire et de socialiste ». Le conseiller régional est formel, un nouveau combat l’attend : « Je resterai socialiste mais je ferai en sorte que combat ne s’arrête pas ». Son cheval de bataille, dénoncer les méthodes du maire sortant, qu’il accuse d’entretenir la division.

L’émergence d’une liste dissidente ?

Interrogé sur l’éventualité de voir apparaître une seconde liste de Gauche, Mamadou Konate, l’un des élus démissionnaires assure qu’une concertation va avoir lieu. Une certitude, Ali Soumaré n’en fera pas partie. « On est assez grand pour monter une liste nous même », assure Mamadou Konate, qui précise également qu’en cas de décision de ne pas former de rassemblement, le soutien des élus n’iraient pas au maire sortant. « Je ne ferait pas campagne », assure, dans ce cas, Mamadou Konate.


*Mamadou Konate (9e adjoint délégué aux Sports, président du groupe Socialiste), Ruddy Robeiri (10e adjoint délégué aux Affaires Culturelles) Gourta Kechit (conseiller délégué à la Prévention et à la Sécurité routières), Sabrina Herriche (conseillère municipale), Chandrasegaran Parassouramane (conseiller municipal).

**Maria Serrano-Aguyayo