Alors que l’Ile-de-France connait depuis plusieurs jours un pic de pollution, l’ADVOCNAR, association de lutte contre les nuisances aériennes, dénonce l’impact du trafic aérien et juge que les aéroports sont « encore une fois dédouané malgré les engagements des pouvoirs publics ».  

Comme en décembre dernier, l’Ile-de-France a dépassé le niveau d’alerte aux particules fines. Depuis plusieurs jours, les valeurs restaient très élevées. De quoi inquiéter l’ADVOCNAR qui pointe de nouveau l’impact du trafic aérien. « Les cartes d’Airparif montrent que les concentrations les plus inquiétantes de polluants se situent juste autour des deux aéroports principaux de la région parisienne, Roissy CDG et Orly », signale l’association. « Pourtant, en matière de pollution, on ne parle jamais des avions ! ».  

Malgré les mesures annoncées par le gouvernement, l’ADVOCNAR appelle à des « mesures de fond », telles que le plafonnement du trafic aérien en Île-de-France, des trajectoires épargnant les zones densément peuplées et une incitations efficaces conduisant au renouvellement accéléré des flottes.