Le candidat PS a prévu une conférence de presse jeudi matin. Il pourrait annoncer son retrait. “Des pressions ont été exercées par la fédération et même plus haut”, confie un élu PS. 

 Luc Broussy paraissait perdu mercredi matin sur le marché de Goussainville. Ses colisitiers qui l’accompagnaient ce jour-là semblaient plus déterminés. Le candidat PS, qui n’a recueilli que 20% des suffrages contre 31,39% au maire (ex-PS) Alain Louis, avait pourtant annoncé la veille par voie de communiqué vouloir se maintenir. Il avait même déposé sa liste dans les temps en sous-préfecture de Sarcelles. 

Luc Broussy a t’il changé d’avis durant la nuit ? Il n’en dira rien ce matin là sur le marché. Seule certitude : ses amis socialistes, du Val d’Oise et d’ailleurs, n’ont pas manqué de l’appeler depuis le dépôt de sa liste. “Des pressions ont été exercées dans la fédération et plus haut”, confie un élu PS. Des coups de fil sur le thème tu n’as aucune chance de gagner et tu feras perdre la gauche.

En prévision d’un deuxième tour qui pourrait s’avérer assassin dimanche soir pour les socialistes, perdre une ville comme Goussainville “pour un duel d’égo” ferait tache. “Dans le Val d’Oise, pour éviter une défaite, Guillaume Vuilletet à Méry-sur-Oise s’est retiré face au candidat MRC arrivé devant lui, même chose avec une écologiste qui se présentait contre Dominique Gillot à Eragny”, rappelle un élu. "A Goussainville, comme dans toutes les villes, j’ai porté le même message: le rassemblement de la gauche. C’est dans la tradition et dans l’intérêt des habitants", déclarait à VOnews, mercredi en fin d’après-midi, Rachid Temal, patron du PS Val d’Oise. Il affirme avoir donné "des instructions" dans ce sens. Selon certaines sources, la menace du retrait de l’investiture PS à la liste Broussy aurait été soulevée. 

Joint à plusieurs reprises Luc Broussy ne souhaitait pas s’exprimer mercredi, renvoyant à une conférence de presse pour jeudi. Le candidat PS pourrait annoncer qu’il se retire de la course pour barrer la route à un retour à l’hôtel de Ville de l’UMP Elisabeth Hermanville qui est arrivée en tête dimanche (31,74%), une candidate que Broussy attaquait dès le début de la campagne : « Est-ce que l’UMP, sur une liste de 30 000 habitants, n’a pas d’autre choix que de choisir un élu connu pour ses condamnations en justice ? ».

Mais comment Luc Broussy pourrait-il se retirer alors qu’il a déjà déposé sa liste pour le deuxième tour ? On peut retirer ses bulletins au dernier moment et ne pas les déposer dans les bureaux de vote, explique un socialiste. Des responsables PS auraient  demandé à Luc Broussy de ne pas attendre la dernière minute, l’enjoignant de pas envoyer sa profession de foi pour le second tour et d’interdire à ses troupes d’afficher son affiche de campagne sur les panneaux électoraux. 

Si Luc veut sauver sa crédibilité nationale, il n’a pas le choix, conclut un dirigeant socialiste valdoisien. Il a des responsabilités au parti, il a vocation à rester conseiller général. Il risquerait de perdre tout

Mercredi soir, le patron du PS95 Rachid Témal affirmait, sans plus de précisions, que "le rassemblement aura lieu à Goussainville".