Une triangulaire aura lieu à Méry-sur-Oise au deuxième tour. Pierre-Edouard Eon, en tête au premier tour avec 43,91%, voit son ancien colistier des élections de 2008, l’UDI Christophe Carlier, se maintenir au deuxième tour. Norbert-Olivier Tembo (MRC) représentera la seule liste de gauche, puisque Guillaume Vuilletet (EELV-PS) a décidé de se retirer.

 Rien n’est encore joué à Méry-sur-Oise. Une triangulaire avec deux listes de droite et une de gauche aura lieu ce dimanche lors du second tour. En tête lors du premier tour avec 43,91%, le candidat UMP Pierre-Edouard Eon voit l’UDI Christophe Carlier, crédité de 13,18%, se maintenir au deuxième tour. Aux élections de 2008, ce dernier était colistier du candidat UMP, avant de monter sa propre en liste en 2014. Pierre-Edouard Eon l’avait appelé au « désistement républicain » au soir du premier tour. Le message n’est visiblement pas passé. «Il s’était formellement engagé à se retirer si ma liste était en tête au premier tour, détaille Pierre-Edouard Eon. Il ne respecte pas la parole donnée. Il voulait trois adjoints au sein de ma majorité, c’est du chantage. Je reste toutefois confiant , je pars avec un bon socle, et j’espère récupérer des électeurs de l’UDI. »

« Il a préféré jouer la carte de l’humiliation »

 De son côté, la liste du candidat UDI assume son choix de se maintenir au deuxième tour. « Désistement et soutien ne signifie pas abandon de nos idées et de nos valeurs, explique l’équipe de campagne de Christophe Carlier. Nous avons d’abord demandé trois élus, puis seulement un seul. Pierre-Edouard Eon a déposé sa liste en préfecture, sans même nous répondre. Il a préféré jouer la carte de l’humiliation. » L’objectif sera donc pour la liste « Des nouvelles ambitions pour Méry » d’entrer au conseil municipal, au sein de l’opposition « Nous voulons nous inscrire dans la vie mérysienne. Notre résultat au premier tour est honorable, dans la moyenne réalisée par l’UDI. »

« Notre présence au second tour ne peut nous permettre de mettre en œuvre notre projet »

 Une triangulaire qui pourrait faire les affaires de la gauche, puisqu’une seule liste sera présente au deuxième tour. Le candidat du MRC Norbert-Olivier Tembo (22,70% au premier tour), soutenu par le maire sortant Jean-Pierre Pernot , sera le seul candidat de la gauche. Guillaume Vuilletet (EELV-PS, 20,21%) a décidé de se retirer, après avoir tenté sans succès de rallier la liste MRC. « Une fusion avec la liste du MRC aurait été possible si elle avait correspondu à un projet commun pour les Mérysiens et – évidemment – à un équilibre de liste correspondant au vote à la réalité politique du premier tour. Olivier Tembo ne l’a pas souhaité dans ces termes, qui auraient été pourtant les seuls crédibles pour les citoyens, explique Guillaume Vuilletet dans un communiqué. Notre présence au second tour ne peut nous permettre de mettre en œuvre notre projet et n’apporterait que de la confusion. C’est pourquoi en conscience et en responsabilité, nous avons collectivement décidé de ne pas nous maintenir. »

« C’est jouable »

 Norbert-Olivier Tembo a tenu à « saluer la liste Méry Demain, qui a respecté la volonté démocratique. » Le candidat MRC soutenu par le maire sortant confie que des négociations ont bien eu lieu, sans succès. « J’avais proposé de discuter, mais il voulait intégrer la moitié de la liste et revoir le programme, explique-t-il. C’était impossible en si peu de temps. » Même si Guillaume Vuilletet n’a pas appelé explicitement à voter pour son concurrent de gauche, Norbert-Olivier Tembo croit en ses chances avec cette triangulaire. « Je suis persuadé que c’est jouable, nous avons une bonne marge de manoeuvre, estime-t-il. Beaucoup de Mérysiens ne sont pas allés voter car nous sommes partis diviser à gauche. Nous nous mobiliserons cette semaine, avec mon équipe dynamique et motivée, pour les convaincre.»