Après un premier tour qui a vu la liste de Bernard Jamet (DVD) réaliser une meilleur score (39,89%) que lui Yanick Paternotte (34,51%) a décidé de distribuer un courrier aux habitants dans lequel il dénonce et dénonce "des rumeurs malveillantes".

 Une lettre intimiste pour « faire une mise au point ». Battu lors du premier tour des municipales à Sannois, Yanick Paternotte revient sur un épisode compliqué de son mandat : sa comparution devant la justice après avoir accepté une donation d’une habitante âgée de sa commune. Mis hors de cause par la justice, le maire aborde pour la première fois les conséquences de cet événement sur sa vie personelle. « Ces derniers mois, certains m’ont accusé de beaucoup de choses et en voulant rester discret pour protéger ma famille (dont mes deux filles mineures), je me suis mal défendu », explique l’édile dans un courrier qui sera diffusé dans les prochains jours aux sannoisiens. « Ma famille a beaucoup souffert », ajoute l’élu.

« L’honnêteté et la transparence de ma gestion n’ont été jamais été mises en cause »

Alors pourquoi avoir décidé de s’exprimer entre les deux tours ? En danger face à son ancien adjoint, plus question de rester silencieux. « Je n’ai pas l’habitude de mettre mes soucis sur la place publique », assure Yanick Paternotte. S’il assure avoir mesuré « l’ampleur de l’avertissement » que les habitants on souhaité lui donner en s’abstenant ou en votant pour une autre liste, il entend bien faire taire les accusations. « Un acte légal et personnel a été transformé en une affaire politique destinée à m’abattre », fustige le maire sortant. « Aujourd’hui, après plusieurs mandats successifs, chacun sait que l’honnêteté et la transparence de ma gestion n’ont été jamais été mises en cause », ajoute l’édile, qui encourage les électeurs à bien réfléchir à leur vote du second tour. Et de conclure : « Ne prenez pas le risque d’une aventure sans lendemain que vous pourriez regretter amèrement ».

> Lire la lettre de Yanick Paternotte