Arrivée 3e avec 18% des suffrages lors du premier tour des municipales, Claire Houbert (SE) a décidé de retirer sa liste. Elle ne donne pas de consigne à ses électeurs en vue du second tour. Dans un courrier posté sur son blog de campagne, la candidate dénonce cependant certaines « pratiques de l’UMP 95 et d’une partie de l’équipe d’Isabelle Mézières » et elle accueille favorablement la volonté de concertation du maire sortant sur les projets de logements.

Elle laissera ses électeurs trancher entre ses deux concurrents. Claire Houbert, candidate sans étiquette à Auvers ne s’alignera pas au second tour face au socialiste Jean-Pierre Bequet et à la candidate de l’UMP, Isabelle Mézières. « Nous avons choisi de ne pas présenter notre liste le 30 mars, pensant en effet que la démocratie doit s’appliquer de la façon la plus simple et la plus limpide en évitant une triangulaire », assure-t-elle. Une volonté de ne pas interférer qui pousse la candidate à ne donner aucune consigne de vote.

Un choix également motivé par son souhait de ne pas favoriser une formation politique, elle qui a refusé toute « allégeance » aux partis. « Les deux listes en tête sont marquées par une influence forte des partis politiques », regrette Claire Houbert, pour qui il n’est donc pas question « de soutenir une liste par rapport à une autre ». La tête de liste affirme cependant qu’un débat aurait été appréciable entre les deux finalistes, proposition tardive du maire sortant, balayée par Isabelle Mézières.

« Des manœuvres claniques et autoritaires »

La candidate revient ensuite sur les appels du pied des deux têtes de liste. Surtout, elle dénonce certaines méthodes de la droite locale et départementale. « A titre personnel, je tiens à exprimer publiquement mon exaspération face aux pratiques de l’UMP 95 et d’une partie de l’équipe d’Isabelle Mézières », s’agace-t-elle. En cause, des rumeurs et pressions dont elle aurait fait l’objet entre les deux tours. « Contrairement à ce qui est propagé de façon mensongère, je veux affirmer ici que je n’ai reçu aucune proposition de fusion et d’intégration de certains de mes colistiers sur la liste de Mme Mézieres ».

Et Claire Houbert ne s’arrête pas en si bon chemin : « L’insistance, allant jusqu’à l’intrusion, exercée sur moi et mes colistiers, la surveillance de mes allées et venues depuis dimanche soir, les appels dénués de tout intérêt si ce n’est pour essayer de m’extorquer des prises de position, les injonctions de contribuer à "faire tomber Jean-Pierre Béquet", tout ceci est parfaitement à l’opposé de ma conception de la pratique politique et s’apparente clairement à des manœuvres claniques et autoritaires que je déplore ».

La main tendue de Jean-Pierre Béquet

Claire Houbert évoque une réunion avec Jean-Pierre Béquet au lendemain du premier tour. « J’ai rencontré le maire sortant et quelques membres de son équipe à leur demande. J’aurais agi de même avec l’équipe de Tous Unis pour Auvers si j’avais été sollicitée, ce qui n’a pas été le cas », précise-t-elle. Une rencontre « d’une trentaine de minutes » qui a permis à ses homologues d’évoquer leurs nouveaux engagements en matière de logement social. « Je prends note, entre autre, de leur volonté de créer une mission indépendante de concertation sur le logement. C’est une mesure nécessaire et de bon sens, tant ce dossier pèsera lourd dans le prochain mandat »

Une structure que le maire sortant, s’il est réélu, envisage de confier à son opposante. « Pour renouveler la démocratie locale, nous souhaitons proposer à Madame Claire Houbert, qui fait preuve de motivation et d’indépendance, la mission de concertation sur les projets de logement et d’urbanisme », précise ainsi l’équipe de Jean-Pierre Béquet. Interrogée, la candidate insiste cependant sur l’importance pour les participants d’avoir « accès aux dossiers ». Elle prend note de la prise de conscience du maire sur la nécessité d’une concertation. « C’est quelque chose qu’il n’avait pas compris pendant le mandat. Il a reconnu un manque de concertation ».

Désormais hors course pour le second tour, Claire Houbert entend cependant continuer son action associative sur Auvers-sur-Oise.

Isabelle Mézières : « Je pense que j’ai fais une campagne propre »

Invitée à répondre aux accusations autour de pressions exercées par ses partisans sur Claire Houbert, la candidate se défend. « C’est faux » assure-t-elle, ajoutant qu’elle ne souhaite pas polémiquer sur le sujet. « Je pense que j’ai fais une campagne propre ». Isabelle Mézières précise être elle même victime « d’assauts à répétition, d’injures et de propos insultants depuis la fin du premier tour ». Elle aurait porté plainte ce vendredi matin.

Pas question de commenter par ailleurs la création possible d’une mission indépendante sur le logements que Jean-Pierre Béquet propose à Claire Houbert. « Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit », déclare la candidate qui assure avoir de son côté rencontré la Claire Houbert. « Il y avait une ouverture », estime-t-elle, précisant qu’aucun accord n’avait été accepté par son adversaire.