Dix tombes ont été emportées dans un effondrement survenu dans le cimetière municipal de Sannois mercredi dernier. Des familles réclament un comblement du trou quand d’autres voudraient pouvoir récupérer avant les sépultures. La municipalité précise que seul le préfet à le pouvoir de décider de consolider le sol.

 Une semaine tout juste après la création d’un « fontis » d’une dizaine de mètres dans le cimetière de Sannois, la mairie se veut rassurante. Un périmètre de sécurité a été déployé et des études de sol lancées. Au même moment, une famille livre ses inquiétudes. Exposant cette photo, celle-ci affirme que du sable serait arrivé afin de combler le trou formé par l’effondrement. Cette famille craint qu’un comblément soit décidé sans l’approbation des familles concernées qui voudraient pouvoir récupérer les sépultures.

La municipalité de Sannois assure que des études sont toujours en cours en plusieurs endroits du cimetière ainsi que dans la rue de la Horionne, fermée à la circulation. Christian Biessy, 1er adjoint au maire de Sannois, réfute l’idée de combler l’éboulement sans l’accord des proches impactés. « Seul le préfet est autorisé à prendre un décret dans ce sens », assure l’élu qui précise que le maire, Bernard Jamet, attend désormais l’arbitrage préfectoral.

« Nous sommes pris entre trois groupes, explique Christian Biessy. Certaines familles ne sont pas contre l’idée de combler le sol » assure-t-il, alors qu’une autre « ne souhaite pas abandonner l’idée de récupérer les sépultures ». Une situation rendue encore plus complexe par la « pression terrible » de familles dont les proches sont enterrés à proximité de l’éboulement et qui craignent de voir les tombes englouties.

S’il rappelle que la mairie n’a pas le pouvoir de décider de la suite des évènements, le premier adjoint se montre sceptique quand à la possibilité de récupérer les sépultures englouties à une profondeur de 30 à 40 mètres. Le cimetière est en effet construit sur une ancienne carrière de gypse. Selon la municipalité, il serait  très dangereux de tenter de descendre à une telle profondeur. En attendant le résultat des analyses des sols effectuées ce mercredi, la mairie réaffirme qu’elle ne prendra aucune initiative.