Après la dernière séance plénière du Conseil général, le groupe d’opposition Val d’Oise Utile et Solidaire (VOUS) dénonce les décisions adoptées sur le logement. En cause, le relèvement de la taxe sur les droits de mutation et l’adoption du Plan Local de l’Habitat (PDH) par les élus.

 Didier Arnal, président du groupe VOUS, critique ainsi « deux mauvaises décisions pour le logement », dans un contexte déjà compliqué. « Le logement est un bien de première nécessité. La crise du logement le révèle avec violence, parfois, aux Valdoisiens qui rencontrent des difficultés aggravées pour se loger : pénurie de logements, augmentation des loyers, baisse du pouvoir d’achat… », rappelle l’élu. Un contexte qui devrait selon lui pousser le département à « avoir une ambition forte d’adapter son action en faveur du logement et de l’habitat afin de résorber les inégalités et d’assurer, pour tous, des conditions d’habitat décent ».

Il se désole ainsi des décision adoptées par la majorité.
« La droite départementale après avoir augmenté les impôts de + de 41% (sur deux années, 2011/2012), a annoncé lors du débat d’orientation budgétaire (DOB) sa décision de relever la taxe sur les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) de 3,8% à 4,5%, frais payés par l’acquéreur d’un bien lors de son achat », fustige Didier Arnal, qui précise : « Ainsi, pour un appartement (ancien ou neuf), dont le prix moyen est de 250 000 € dans notre département, l’augmentation de la taxe décidée par l’UMP-UVO représentera pour les ménages lors de leur achat, une dépense supplémentaire de 1 870 € ».

Autre mesure qui passe mal pour la gauche, l’adoption du Plan Local de l’Habitat (PDH), « inadapté à la situation du Val d’Oise auquel il manque deux orientations fortes ». Didier Arnal cite par exemple le fait de « stimuler la production de logements, réduire les délais d’accès au logement » la mise en place d’une « ingénierie habiter mieux sur tout le territoire du Val d’Oise pour mieux répondre aux problématiques des ménages et les accompagner ».