Au lendemain des élections Européennes qui ont vu le Front National arriver en tête dans le département avec 23,90% des suffrages, les partis de gauche sur le Val d’Oise appellent unanimement à des changements.

Le Front de Gauche s’inquiète de la montée de l’extrême droite. « C’est une nouvelle alerte », estime Jean-Michel Ruiz, patron du PCF 95, qui assure que « la France s’enfonce dans un malaise démocratique inquiétant ». Une situation dont il accuse la politique d’austérité du gouvernement d’être la cause, tout comme le positionnement  de la droite, « jouant aux apprentis sorciers en reprenant des idées de cette extrême-droite ».

Le Parti communiste français lance ainsi un appel : « De cette crise politique doit émerger une perspective réelle et crédible à gauche sur fond de rupture avec ce système rompu aux thèses libérales », déclare Jean-Michel Ruiz. Et de conclure : « Nous appelons tous ceux qui, ce soir, se sentent malheureux à gauche, toutes les forces vives du pays, la jeunesse et les salariés à s’unir sans attendre. Nous mettons le Front de gauche à leur service en France et en Europe ».

« Un recul démocratique » pour Robert Hue (MUP)

Une poussée du FN également commentée par le patron du Mouvement Unitaire Progressiste, Robert Hue, pour qui « ces résultats sont graves et traduisent le risque sérieux d’un recul démocratique ». Pour le sénateur valdoisien, « le retournement social est indispensable pour redonner confiance aux Français ». L’élu dénonce une Europe « trop libérale » et juge qu’une « autre politique, bien ancrée à gauche, est nécessaire pour redonner confiance au peuple dans son ensemble et tout particulièrement aux classes moyennes et défavorisées ».

« Un succès en trompe l’œil du FN favorisé par l’abstention » pour Pascal-Eric Lalmy (PRG)

Pascal-Eric Lalmy, président de la fédération du Val d’Oise du Parti Radical de Gauche (PRG), évoque pour sa part « un succès en trompe l’œil du FN favorisé par l’abstention ». Pour le conseiller municipal d’Osny, le succès du FN est avant tout lié au rejet des électeurs des partis traditionnels. « Les Français ont exprimé avec force leurs doutes et leur lassitude face aux leaders des grands partis qui semblent incapables, depuis trente ans, d’apporter une réponse efficace à la grave crise économique, sociale et de confiance qui frappe notre pays ».

Les Radicaux de gauche du Val d’Oise renouvellent par ailleurs leur confiance à Manuel Valls « qui incarne ce renouveau des personnes et des idées qu’ils appellent de leurs vœux ». Ils encouragent également le gouvernement « à accélérer et à approfondir les réformes qu’il a entreprises pour répondre aux inquiétudes de nos concitoyens et remettre la France en mouvement ».