Le projet CDG Express entre Paris et l’aéroport de Roissy va faire l’objet d’études par une société spécialement créée par Aéroports de Paris (ADP), Réseau ferré de France (RFF) et l’Etat. Dotée de 12 millions d’euros, celle-ci doit permettre réaliser les différentes études nécessaires à un lancement des travaux en 2017, pour une mise en service en 2023.

 Le coût et les prévisions de trafic doivent être mis à jour et le financement du projet, dont le coût est estimé à 1,7 milliard d’euros (valeur 2019) doit être consolidé en 2015. « CDG Express devra se financer essentiellement par les recettes de ses utilisateurs, sans apport de subvention de l’État et des collectivités territoriales », précise un communiqué de presse. ADP et RFF se sont engagés à investir des fonds propres, le reste du financement se fera par des emprunts dont le prix du billet a été fixé à 23 euros.

La liaison CDG Express, doit relier la Gare de l’Est à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, en une vingtaine de minutes. Elle a pour but de désengorger le RER B, qui emmène déjà les voyageurs à Roissy depuis Paris, et l’autoroute A1, où les difficultés de trafic sont fréquentes. Actuellement de 30%, la part du rail doit ainsi être doublée sur le trajet. Une société de projet, filiale commune de RFF et ADP, devra assurer la conception, le financement, la construction, l’entretien, la maintenance et le renouvellement des infrastructures nécessaires à la création de CDG Express.