Suite aux violents orages accompagnés de chute de grêle survenus ce week-end, les premières estimations des assureurs et réseaux d’experts faisaient état de 340 000 véhicules touchés sur les départements des Yvelines et du Val d’Oise mardi en fin d’après-midi, comme le rapporte l’Argus de l’assurance.

Toujours selon le site, le Val d’Oise comptais déjà 80 000 véhicules endommagés mardi matin, sur les quelques 200 000 recensés sur les territoires valdoisiens et Yvelinois. La Maif, qui a déclenché la cellule Pégase mardi matin, assure avoir enregistré mardi à 17h, « 3 300 appels, concernant à 90% l’auto et à 10% l’habitation », et s’attendait « à un volume de 35 000 dossiers ouverts dans les Yvelines et le Val-d’Oise ».

A la mi-journée, le groupe Macif enregistrait de son côté plus de « 4 000 appels », précisant que « les dommages les plus importants sont principalement localisés sur la couronne parisienne ». La mutuelle indique avoir renforcé ses plates-formes téléphoniques, s’apprêtais mardi à déployer des cellules de gestion spécifiques si nécessaire et a contacté des sociétés de débosselage spécialisées dans la réparation de véhicules grêlés.

 Covéa (Maaf, GMF et MMA), estime pour sa part la volumétrie des dommages à « 20 000 dossiers par enseigne répartis entre l’auto et l’IARD sur l’ensemble des régions touchées, soit un total de 60 000 déclarations ». La Sgam a par ailleurs mis en service deux plates-formes de débosselage à Montigny-lès-Cormeille (95) et à Compiègne (60), à proximité des sites les plus touchés par la grêle. D’autres pourraient être mises en fonction en cas de forte affluence précise l’Argus de l’assurance.