La ministre de la Ville, Najat Vallaud-Belkacem, dévoilait ce mardi la nouvelle carte des quartiers prioritaires. Dans le Val d’Oise, 23 villes sont concernées contre 27 précédemment. Herblay et Pierrelaye font leur entrée.

Ils sont identifiés en bleu sur la carte présentée par le ministère de la Ville. Ces points disséminés un peu partout sur le territoire français sont les nouveaux quartiers prioritaires sur lesquels l’Etat souhaite concentrer ses aides financières. Si les quartiers retenus dans le Val d’Oise n’ont pas été communiqués par la préfecture, on connait les villes concernées par cette nouvelle géographie prioritaire. 23 communes, concentrées dans le Sud et l’Est du département, font partie de la liste au lieu de 27 précédemment.

 

Le principal critère : le revenu des habitants 

 

Les quartiers dans ces villes ont été sélectionnés par l’INSEE selon plusieurs critères. En tête, le revenu des habitants, suivi du taux de chômage, du nombre de familles monoparentales ou encore du nombre de bénéficiaires du RSA. En croisant tous ces critères, l’INSEE a établi un quadrillage « des concentrations urbaines de pauvreté » de 200 m sur 200, d’un minimum de 1000 habitants.

Cette nouvelle carte est le résultat d’une refonte de la politique de la ville, lancée il y a an et demi par le gouvernement, "pour mettre un terme au saupoudrage de ses moyens". Avec cette réforme votée le 21 février 2014, finie la montagne de dispositifs (ZUS, CUCS, ZRU, ZFU).  Chaque quartier aidé aura signé au préalable un contrat d’une durée de six ans.  

 

Villes prioritaires 1 par vonews95

Ces objectifs s’articulent autour de plusieurs axes : le cadre de vie, l’emploi, le développement économique ainsi que la cohésion sociale.


 

« Une décision incompréhensible »  pour le maire de Saint-Gratien

 

Avec cette nouvelle méthode de calcul, six communes ne figurent plus dans la cartographie prioritaire (Jouy-le-Moutier, Deuil-la-Barre, Saint-Gratien, Eaubonne, Arnouville et Fosses). Deux villes, Pierrelaye et Herblay avec un quartier pour chacune, sont désormais éligibles aux aides de l’Etat dans le cadre de la politique de la ville.

Le maire de Saint Gratien, qui bénéficiait de 46 000 euros d’aides, n’a pas tardé à monter au créneau. Dans un communiqué de presse, Jacqueline Eustache-Brinio, évoque notamment le quartier des Raguenets de plus de 6000 habitants et parle d’une décision « absolument incompréhensible au regard des difficultés rencontrées dans ce quartier ». « Avec de telles mesures, le gouvernement prend le risque immense de ruiner le travail de plusieurs années de tous les acteurs de la politique de la ville et de faire basculer un quartier entier en ghetto et zone de non-droit » poursuit le maire.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Les villes sortantes du dispositif, comme Saint-Gratien, continueront à bénéficier du contrat de réussite éducative.  Pour une ville comme Deuil-la-Barre, ce dispositif représente une aide de 144 000 euros.


 

Des contrats de ville signés entre fin 2014 et mars 2015

 

Le gouvernement s’est fixé comme objectif que les contrats de villes soient signés d’ici la fin de l’année 2014. « Pour les communes qui concentrent le plus de quartiers, il y aura un peu plus de temps, jusqu’à mars 2015 », précise la préfète à l’égalité des chances, Sylvie Feucher. Au préalable, les services de l’Etat en collaboration avec les élus vont pouvoir affinés, dans une moindre mesure, ces poches de pauvreté.

 

Villes prioritaires 2 par vonews95

La loi prévoit la création de conseils citoyens pour chaque quartier. Ils seront composés pour moitié d’habitants tirés au sort et pour l’autre des représentants d’associations. « Là où il y aura de la rénovation urbaine, il y aura aussi des maisons de projet où les habitants pourront venir donner leur avis sur le projet. Comme ils vivent dans le quartier, ils sont les meilleurs analystes que l’on peut avoir », précise Sylvie Feucher. Une circulaire précisant les modalités d’action devrait sortir dans les prochains jours.

La grande interrogation reste le montant des aides. Dans le Val d’Oise, la politique de la ville s’élève à 10 millions d’euros. « La ministre de la ville a annoncé que le budget national allait rester le même. Maintenant compte tenu de l’évolution des quartiers dans le Val d’Oise, on ne sait pas quelle sera l’enveloppe dédiée à notre département. », conclut la préfète déléguée à l’égalité des chances.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}