Les activités de la base de loisirs de Cergy-Pontoise pourraient bien être fermées au mois d’août. Son nouveau président, Sylvain de Smet, a annoncé ce vendredi que l’agglomération de Cergy-Pontoise stoppait le versement de sa subvention. Une perte de 420 000 euros, qui plonge la base dans une situation financière compliquée.

 La saison estivale débute bien mal pour la base de loisirs de Cergy-Pontoise. Son nouveau président, Sylvain De Smet, a annoncé ce vendredi que les activités de la base pourraient être fermées au mois d’août. Le motif ? Le désengagement financier de l’agglomération de Cergy-Pontoise (CACP). Le président de la CACP, Dominique Lefebvre, a notifié par courrier qu’il stoppait le versement de la subvention mensuelle. Un manque à gagner de 70 000 euros chaque mois, soit 420 000 euros au total d’ici la fin de l’année. "Dominique Lefebvre nous demande de présenter un budget rectificatif d’ici au 10 juillet sous peine de demander la dissolution du syndicat mixte qui gère la base, explique Sylvain De Smet. Mais nous ne pourrons pas présenter ce budget sans le financement de l’agglo !"

"L’intérêt général doit l’emporter"

Aujourd’hui, la base est pilotée par un syndicat mixte composé de 12 membres, issus à parts égales du Conseil régional d’Ile-de-France, de du Conseil général du Val d’Oise et de l’agglomération de Cergy-Pontoise. L’équipement valdoisien emploie 80 personnes, auxquelles s’ajoutent 150 vacataires lors de la saison estivale. "L’intérêt général doit l’emporter, confie Céline Pina, vice-présidente de la base de loisirs et conseillère régionale d’Ile de France. Des emplois sont menacés, les vacances de certains franciliens également." Mis en cause par Dominique Lefebvre (voir encadré) le Conseil général du Val d’Oise veut trouver une solution rapidement. " La position prise par Dominique Lefebvre met la base dans une situation profondément difficile, regrette Gérard Seimbille, vice-président du Conseil général du Val d’Oise et membre du syndicat mixte. Il faut réunir tous les partenaires autour de la table et trouver une solution, dans l’intérêt des Cergypontains et des Valdoisiens."

Cette annonce intervient dans un contexte politique particulièrement houleux, depuis l’élection du nouveau président de la base de loisirs. Sylvain De Smet a été élu au début du mois de juin, par huit voix contre quatre face à Joël Motyl, conseiller communautaire de l’agglomération de Cergy-Pontoise. Depuis, les représentants de la CACP ne siègent plus lors des comités syndicaux de la base de loisirs.

Dominique Lefebvre : "Une mise en cause injustifiée, inconséquente et irresponsable"
 
 "Ces déclarations irresponsables traduisent une crise de gouvernance, avec un président élu dans des conditions totalement baroques." Joint par téléphone par vonews.fr, Dominique Lefebvre ne mâche pas ses mots pour justifier sa décision de couper les vivres à la base de loisirs. Pour lui, le conseil général du Val d’Oise est au coeur des difficultés actuelles de l’équipement francilien. "Il est exclu que l’agglomération verse un centime, tant que le département n’a pas réglé sa dette. Il est redevable de 309 500 euros depuis qu’il ne respecte plus ses obligations financières, soit depuis 2010. L’agglo était pour sa part en excédant de versement de 204 380 euros au 31 décembre 2013, soit un écart de 513 880 euros entre lesdeux collectivités." Le président de la CACP annonce avoir saisi la Chambre régionale des comptes le 28 mai dernier pour obtenir l’inscription en dépenses obligatoires au budget du département la somme qu’il doit.
 
Autre raison invoqué par l’élu : "une crise de gouvernance aigüe et au choix des divergences de fond entre les institutions qui composent le syndicat mixte et/ou une absence de contrôle par elles de leurs représentants au conseil syndical." Dominique Lefebvre annonce ainsi qu’il demandera son retrait ou la dissolution du syndicat, si aucun budget rectificatif n’est présenté. "Certaines personnes ont dégoupillé des grenades, qui leurs explosent désormais à la figure. Il est impensable de prendre en otage un objet public comme la base de loisirs."