Mardi, le projet de loi de finances rectificatives de la Sécurité sociale a été soumis aux députés. Deux textes budgétaires que Jean-Noël Carpentier, député MUP de Montigny-lès-Cormeilles, s’est abstenu de voter. « Ces deux textes mettent en œuvre les premières mesures du plan d’économie de 50 milliards annoncé par le gouvernement Valls en avril dernier », précise l’élu.

En cause une politique pas assez à gauche pour le maire de Montigny-lès-Cormeilles. « Même si le Premier ministre a pris en compte quelques demandes des députés de son aile gauche comme le non gel des petites retraites, le maintien des allocations logement ou la réduction d’impôts pour les ménages modestes, la ligne politique générale du gouvernement est trop teintée de rigueur », estime l’élu, qui prône une un système moins généreux avec les grandes entreprises : « Ces mesures sont trop tournées vers les allègements d’impôts sans contreparties pour les grandes entreprises au détriment des ménages. Pourtant, des solutions plus justes peuvent être envisagées sur le long terme ».

Et de conclure : « Augmenter le pouvoir d’achat des ménages, faire mieux contribuer les grandes entreprises et les grands groupes aux efforts de tous, lutter contre l’évasion fiscale qui appauvrie le pays : voilà des mesures sociales efficaces que la gauche au pouvoir devrait prendre ».