En votant, ce mercredi 16 juillet, la suppression de la taxe de 2€ sur les nuitées en Ile-de-France, les députés ont encore compliqué un peu plus le casse tête du financement du projet. Les 140 millions de recette annuelle devaient en effet aller aux transports de la région.

 Il faudra trouver de l’argent ailleurs. Une nouvelle taxe de 2€ imposée aux établissent hôteliers devait permettre de financer le plan de transports du Grand Paris. Une mesure contestée par les professionnels du secteur qui ne verra finalement pas le jour. Les députés ont en effet voté la suppression de la taxe pour préserver l’industrie du tourisme… mais privant en même temps le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (Stif) de 140 millions d’euros par an. Des fonds qui devaient entre autre servir à la réalisation du super métro, dont l’une des lignes rejoindra Roissy.

Désormais, la question est de savoir comment boucler le plan de transports alors que la marge de manœuvre du gouvernement est limitée.