Selon Dominique Lefebvre, la Chambre régionale des Comptes a enjoint le Conseil général du Val-d’Oise à régler sa dette par rapport à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, dans un avis rendue le 17 juillet dernier. Contacté, la juridiction ne confirme pas l’information tant que le Département n’a pas informé les élus de cet avis.

 Le département devra régler sa dette à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, selon le président de l’agglomération de  Cergy-Pontoise, Dominique Lefebvre. Via un communiqué, l’élu annonce que la Chambre régionale des Comptes a rendu son avis. Contacté, la juridiction refuse de confirmer l’information tant que le Conseil général du Val d’Oise n’a pas informé les élus de cet avis. 

De son côté, Dominique Lefebvre « salue cette décision qui va permettre à la base de loisirs de faire face à ses dépenses pour l’exercice en cours », dans un communiqué. L’agglomération estime que « ce sont ainsi près de 730 000 euros des participations obligatoires du département, que celui-ci ne voulait pas verser, que la procédure initiée par Dominique Lefebvre aura permis de faire rentrer en 2014 dans les caisses de la base de loisirs », ajoutant que « cette décision valide donc toutes les initiatives qu’il a prises pour sauvegarder la base de loisirs. »

De son côté, le Département parle « d’un nouveau geste. » dans un nouveau communiqué du 22 juillet. « Après avoir déjà versé 400 000 euros en début 2014, le Conseil général du Val d’Oise vient, au travers de deux délibérations, d’abonder le budget de la base de loisirs de plus de 342 000 euros. » La collectivité demande à ce que les conditions de sa participation soient revues. « La convention signée il y a plusieurs dizaines d’années liant la CACP, le Conseil général et le Conseil régional pour la gestion de la base de loisirs manque de cohérence, estime la collectivité. Celle-ci doit impérativement être revue dans les plus brefs délais afin de préparer l’avenir sereinement et d’assurer la pérennité de cet équipement symbolique de l’Ile de France, du Val d’Oise et de l’agglomération de Cergy-Pontoise. » Aucune allusion n’est faite à la décision de la Chambre régionale des Comptes.