Dans le cadre du remaniement opéré au sein du gouvernement, et à la non candidature de Benoît Hamon, ministre de l’Education, à un poste au sein de la nouvelle équipe, Sébastien Meurant, maire de Saint-Leu-la-Forêt, appelle le prochain ministre de l’Éducation à « abroger le décret sur la réforme des rythmes scolaires ».

Contraint d’appliquer la réforme contre sa volonté, l’édile justifie sa position. « Depuis deux ans, la controverse liée à l’application de ces nouveaux rythmes n’a jamais cessé. Leur financement pose plus que jamais des problèmes aux collectivités et leur impact sur l’échec scolaire est à démontrer ».  Sébastien Meurant espère désormais que la réforme sera suspendue, comme d’autres avant elle. « À un moment où les pouvoirs publics reviennent sur des décisions passées dont on mesure l’inefficacité – c’est le cas des Lois Duflot sur le logement – les maires doivent se mobiliser pour rappeler aux pouvoirs publics que le code de l’éducation permet aux communes d’aménager le temps scolaire en fonction du contexte local », estime-t-il.

Dernier maire du Val d’Oise a refuser l’application des nouveaux rythmes scolaires, Sébastien Meurant a vu son arrêté suspendu par le tribunal administratif.