Sébastien Meurant, maire UMP de Saint-Leu-la-Forêt, a vu son arrêté sur la non application de la réforme des rythmes scolaires suspendue par le tribunal administratif. L’élu entend désormais saisir le Conseil d’Etat. « Ce n’est pas la réforme qu’il faut pour refonder l’École de la République! », estime-t-il.

 L’édile assure ne pas regretter la position de la municipalité, malgré la suspension de l’arrêté pris le 25 juin dernier pour fermer les écoles le mercredi matin. « Nous avons pris acte de cette décision et la rentrée verra l’application du décret gouvernemental sur les rythmes scolaires », confirme Sébastien Meurant. L’élu pointe toujours du doigt le coût de la réforme. « Je souhaitais pouvoir disposer des moyens d’application pour que cela n’affecte pas nos finances à un moment particulièrement difficile pour les collectivités avec des dotations d’état qui ont considérablement diminué », assure-t-il. Et d’ajouter : « La remise en cause de ce qui existe me parait être une insulte au bon sens ! »

Le maire de Saint-Leu-la-Forêt assure qu’il ne compte pas baisser les armes. « Je vais saisir le Conseil d’État pour démontrer que le décret gouvernemental est proprement anticonstitutionnel », promet-il, avant de conclure : « Plus que jamais, et nous saurons en faire part au nouveau ministre de l’Éducation nationale, conformément au Code de l’éducation, il appartient aux communes d’aménager le temps scolaire en fonction du contexte local ».